Image

Pleine Lune de juin


Qu’elle soit de miel ou des fraises, rose ou chaude, la Lune sera belle et bien pleine ce 9 juin.

Elle porte le nom de Lune des fraises car elle coïncide avec le début de la récolte des fraises en Amérique du nord.

Il arrive quelque fois que la Lune prenne une coloration rosée à cette période de l’année. Alors que le temps réchauffe, l’éclat lunaire est filtré ce qui teinte la lune en rose orangé.

On la nomme aussi la Lune Chaude puisqu’elle marque le début de l’été.

On l’appelle aussi Lune de miel car durant le mois de juin nombreux sont les mariages. Cette lune porte bonheur, elle renforce l’amour.

La lune de miel est le mois lunaire suivant les noces. Ces 28 jours, supposés les plus heureux du jeune couple, sont souvent consacrés au voyage de noces, si bien que l’expression lune de miel désigne souvent ce voyage exceptionnel.

L’histoire nous rapporte que cette expression « lune de miel » signifie la consommation de boissons sucrées, avant, pendant et après les cérémonies du mariage car ces boisons étaient censées posséder des vertus aphrodisiaques, favoriser la fécondité et apporter le bon augure pour les jeunes mariés.

L’hydromel chez les peuples germaniques

Le sucre par les Hindous et les Chinois

Le miel en ancienne Égypte

La « lune de miel » prolonge les sacrements du mariage et complète cet important rite de passage dans le but d’assurer les meilleures conditions pour que le couple puisse procréer.

Ce 9 juin la Pleine Lune sera en Scorpion, attendons-nous à une lune passionnante et passionnée.

Belle pleine lune à tous.

Carole

Source : Carole Voyante Cartomancienne Astrologue

Image

La Saint Sylvestre


A l’origine, le 31 décembre était une fête païenne d’origine celte, particulièrement célébrée par les Gaulois, s’embrasser sous une branche de gui apportait en principe bonheur, santé et prospérité dans l’année à venir. Si on achète du gui pour poursuivre cette coutume et s’assurer les bonnes grâces de dieu, il faut respecter tout le cérémonial et brûler ce gui dans la nuit du 12 au 13 janvier.

La Saint Sylvestre est la fête du pape Sylvestre 1er, dont le pontificat s’étendit de 314 à 355, on assure que Saint Sylvestre est le premier pape à être représenté avec une tiare (chapeau pontifical). Et depuis, nous fêtons à la saint Sylvestre, son anniversaire.

Le réveillon de la Saint Sylvestre est célébré partout dans le monde occidental pour souligner le passage entre la fin de l’année et l’arrivée de la nouvelle. C’est une fête qui n’est associée à aucune religion en particulier.

En Espagne, une tradition existe pour la Fin de año. Après un copieux repas en famille, les Espagnols se rejoignent peu avant minuit autour de la grande horloge de leur ville ou de leur village. A minuit, lorsque la cloche se met à retentir, les Espagnols avalent un grain de raisin à chacun des douze coups. On raconte que ceux qui parviennent à tenir le rythme du carillon vivront la nouvelle année sous le signe de la chance.

En Italie, la tradition veut que les gens portent des sous-vêtements neufs de couleur rouge pour être heureux en amour et jaune pour connaître la fortune. Et à Naples, une étrange coutume se déroule le 31 décembre. Les napolitains jettent par la fenêtre tous les objets, vêtements, meubles dont on ne se sert plus, symboles de l’année qui finit… Cette tradition tend à disparaître, au vu des dangers évidents pour les passants et des éboueurs.

En Ecosse et Irlande du Nord, on assiste à la coutume du First Footing : la première personne à entrer dans la maison déterminera la chance qu’apportera la nouvelle année à l’ensemble du foyer. Généralement, ce sera un homme grand et bien habillé. A minuit, il entre dans la maison, dépose un morceau de charbon dans le feu, du pain sur la table et remplit le verre du chef de famille de whisky. Durant le cérémonial, personne ne doit lui parler et ensuite il souhaite « bonne année » à toute la famille avant de ressortir par la porte de derrière.

Au Pays de Galles, la porte de derrière est ouverte au premier coup de minuit afin de faire partir l’année qui vient de s’écouler. On la referme et on ouvre la porte d’entrée pour accueillir la nouvelle année.

En Allemagne, on déguste des plats conviviaux tels que la raclette ou la fondue. On évitera de manger de la volaille afin que la chance ne s’envole pas. On boit également du Feuerzangenbowle, une boisson à base de vin chaud dans lequel on coule un pain de sucre flambé au rhum. A minuit, on assiste à de grands feux d’artifice et à une explosion de pétards. Autrefois, cela servait à chasser les mauvais esprits.

Dans l’aristocratie russe, un plat gargantuesque était servi au XIXe siècle : le rôti Impératrice. Il consiste à farcir une alouette avec des olives aux anchois, de la mettre dans une perdrix, puis dans un faisan, et le tout dans un porcelet… Une plat qui réclame un véritable savoir-faire et une sacrée bonne fourchette.

Les Russes fêtent deux fois le nouvel an : le 1er janvier et le 14 janvier, nouvel an orthodoxe. Cette période est généralement déclarée fériée. Les Russes se réunissent autour de bons plats, trinquent au champagne aux 12 coups de minuit. Puis, ils ouvrent la porte ou la fenêtre pour laisser entrer le nouvel an dans les maisons, et s’offrent des cadeaux.

Au Japon, autrefois le nouvel an était basé sur le calendrier chinois, depuis 1873 il se  fête le 1er janvier. A la fin décembre, les Japonais entament un grand nettoyage de leur maison, afin de la purifier pour la nouvelle année à venir. Ils décorent ensuite leur porte d’entrée d’objets traditionnels censés apporter longévité et prospérité, comme le kadomatsu composé généralement de pin et de bambous. Le soir du 31 décembre, les familles se retrouvent autour d’une soupe chaude accompagnée de soba (nouilles japonaises). A minuit, elles se rendent au temple afin d’assister à la frappe des 108 coups de gong qui annoncent l’arrivée de la nouvelle année. Selon une tradition bouddhique, ce rituel permet de purifier les âmes des 108 fautes qui affligent l’homme.

Le New Year’s Eve est une fête importante aux USA et tout particulièrement à New York. On assiste au célèbre Ball Drop : une immense boule qui descend le long de la tour n°1 de Times Square à 23h59 pour atteindre le sol à minuit. Puis c’est la fête dans les rues sous une pluie de feux d’artifice et de confettis, autour de concerts et de nombreuses animations.

La nuit du nouvel an est une des fêtes les plus importantes au Brésil. On mange un repas à base de riz et de lentilles, afin de convier bonheur et prospérité pour la nouvelle année. On s’habille de blanc et on fait des offrandes à Iemanja, divinité de la mer et protectrice des pêcheurs avec des fleurs et des bijoux que l’on jette à la mer.

Source : Carole Voyante Cartomancienne Astrologue

Image

Le Farfadet


Ou appelé aussi le fadet ou follet  est une petite créature légendaire du folklore des pays de la Loire. Farfadet est la forme provençale de fadet, dérivé de fada, fado signifiant fée.

Le farfadet mesure 50 cm, sa peau est mate et ridée. Très farceur, il aime jouer parfois des tours aux hommes.

Au 19e siècle, La vallée des environs de Germond, dans les Deux-Sèvres, était considérée comme le domaine privilégié des farfadets. Ils n’aimaient pas trop être dérangés par les femmes qui venaient filer près de leurs cavernes ou carrières.

Un soir en rentrant au village, elles aperçurent des farfadets poussant un énorme chariot aux roues grinçantes à vive allure. Stupéfaite, une des fileuses fit un signe de croix, ce qui eut pour effet de faire disparaître les farfadets et chariot.

Comme les lutins, les farfadets sont généralement serviables. La plupart du temps, ils sont invisibles ; on raconte qu’ils peuvent prennent l’apparence des animaux. En général, le farfadet demeure dans une taupinière de la forêt. On peut le voir courir dans les prés et les champs de lavande.

Quelquefois, il s’installe près d’une maison et s’occupe de l’entretien, des animaux, du jardin. Il lui arrive même de réparer des outils, des chaussures, des choses cassées. Et il donne aussi des coups de bâton aux domestiques pour les punir de leur paresse ou négligence. En échange des services rendu, il accepte du lait et des gâteaux de miel, mais n’acceptera jamais de nouveaux vêtements, en remplacement de ceux qu’il porte.

Sinon, il se vexe et s’en va en s’exclamant : « Qu’avons-nous là, Chanvri, Chanvrai ! Plus ne sauterai ici, plus ne marcherai. »

 

Source : Carole Voyante Cartomancienne Astrologue

Image

Le mariage et ses symboles


A chaque mois, son mariage

Janvier : la mariée sera veuve jeune.

Février : risque de trahison commune.

Mars : risque de solitude.

Avril : les époux vivront ensemble longtemps.

Mai : mois des morts selon les romains.

Juin : bonheur des mariés qui seront sous la protection de Junon.

Juillet : risque de regrets rapidement.

Août : les époux seront entourés d’amis fidèles.

Septembre : les époux auront une vie paisible et sereine.

Octobre : risques d’ennuis financiers.

Novembre : les époux seront sous le signe de la fortune.

Décembre : l’amour qui unit les époux sera grandissant jusqu’à la fin.

 

Symboles du mariage

Au Moyen-Age, lorsqu’une demoiselle recevait une demande en mariage, elle portait soit une couronne de marguerites, indiquant la réflexion, soit une couronne de roses, en guise d’acceptation.

Les colombes sont depuis toujours symbole de monogamie et de fidélité absolue.

Le blanc symbolise la virginité

Le bleu symbolise la fidélité

Le gris symbolise les voyages lointains

Le vert symbolise la pudeur

Le noir symbolise le refus du mariage

Le jaune symbolise l’adultère.

Le Lierre symbolise l’attachement et l’amour éternel avec son feuillage toujours vert et de sa propension à se fixer fortement là où il pousse.

Calendrier du mariage

1 an : noces de Coton

2 ans : noces de Cuir

3 ans : noces de Froment

4 ans : noces de Cire

5 ans : noces de Bois

6 ans : noces de Chypre

7 ans : noces de Laine

8 ans : noces de Coquelicot

9 ans : noces de Faïence

10 ans : noces d’Étain

11 ans : noces de Corail / Zinc

12 ans : noces de Soie

13 ans : noces de Muguet

14 ans : noces de Plomb

15 ans : noces de Cristal

16 ans : noces de Saphir

17 ans : noces de Rose

18 ans : noces de Turquoise

19 ans : noces de Cretonne

20 ans : noces de Porcelaine

21 ans : noces d’Opale

22 ans : noces de Bronze

23 ans : noces de Béryl

24 ans : noces de Satin

25 ans : noces d’Argent

26 ans : noces de Jade

27 ans : noces d’Acajou

28 ans : noces de Nickel

29 ans : noces de Velours

30 ans : noces de Perle

31 ans : noces de Basane

32 ans : noces de Cuivre

33 ans : noces de Porphyre

34 ans : noces d’Ambre

35 ans : noces de Rubis

36 ans : noces de Mousseline

37 ans : noces de Papier

38 ans : noces de Mercure

39 ans : noces de Crêpe

40 ans : noces d’Émeraude

41 ans : noces de Fer

42 ans : noces de Nacre

43 ans : noces de Flanelle

44 ans : noces de Topaze

45 ans : noces de Vermeil

46 ans : noces de Lavande

47 ans : noces de Cachemire

48 ans : noces d’Améthyste

49 ans : noces de Cèdre

50 ans : noces d’Or

51 ans : noces de Camélia

52 ans : noces de Tourmaline

53 ans : noces de Merisier

54 ans : noces de Zibeline

55 ans : noces d’Orchidée

56 ans : noces de Lapis-lazuli

57 ans : noces d’Azalée

58 ans : noces d’Érable

59 ans : noces de Vison

60 ans : noces de Diamant

61 ans : noces de Platane

62 ans : noces d’Ivoire

63 ans : noces de Lilas

64 ans : noces d’Astrakan

65 ans : noces de Palissandre

66 ans : noces de Jasmin

67 ans : noces de Chinchilla

68 ans : noces de Granite

69 ans : noces de Mélèze

70 ans : noces de Platine

75 ans : noces d’Albâtre

80 ans : noces de Chêne

85 ans : noces d’Uranium

90 ans : noces de Granite

100 ans : noces d’Eau

sources : http://www.exclu-mariage.com/http://www.le-mariage.com/

Image

Le mariage et ses traditions


 

Tradition de la pluie de riz à la sortie de l’église

Ce geste symbolise la fertilité du couple. On peut remplacer le riz par des confettis ou des pétales de rose.

Tradition du lancer de bouquet

Lancer le bouquet de la mariée aux femmes célibataires, permettra à celle qui l’attrape d’être la prochaine à se marier

Tradition des coups de klaxons

Dans de nombreux pays, le cortège s’accompagne de coups de klaxons de l’église jusqu’au lieu de réception, c’est pour éloigner les mauvais esprits et le mauvais œil.

Tradition de la pièce montée

Elle nous vient d’Angleterre au Moyen Age, il était de coutume de forcer les mariés à s’embrasser au-dessus d’un gâteau de plus en plus grand.

Tradition des Dragées

La tradition des dragées commença dans la Grèce Antique avec l’amande qu’on trempait dans du miel avant de la déguster.

La légende associa les amandes à l’amour. Il était une fois, un jeune homme grec, qui sur le point de se marier, dû, avant le mariage, retourner à Athènes rendre les derniers hommages à son défunt père. Il promit à son aimée de revenir pour le jour du mariage, mais ne revint que trois mois plus tard. Durant ce temps, le jeune femme, persuadée que son amour ne reviendra pas, se donna la mort par pendaison. Emus par cette preuve d’amour, les Dieux la transformèrent en amandier, qui se mit à fleurir lorsque le jeune homme lui offrit son amour pour l’éternité.

Dès le 13e siècle, on fabriqua les premières dragées. Elles étaient vendues aux femmes enceintes par les apothicaires, comme bienfaisantes pour leur grossesse.

Les dragées symbolisent donc principalement la garantie de l’Amour éternel, de la fécondité et de la descendance aux jeunes mariés. Les invités l’emportent aussi comme un souvenir, et ceux qui n’ont pu assister au mariage recevront ce témoignage de l’affection des mariés. C’est aussi une façon de prolonger la fête.

Tradition et recette de la soupe à l’oignon pour un mariage

Son origine remonte au 17ème siècle, une nuit où Louis XV pris de faim, demanda qu’on lui serve une collation mais n’ayant que des oignons, du champagne et du beurre comme ingrédients on lui servit une soupe à l’oignon.

Sinon, la tradition populaire veut qu’une fois les nouveaux époux retirés dans un endroit secret, les invités partent à leur recherche pour leur offrir une soupe à l’oignon servie dans un pot de chambre. La légende raconte que la soupe à l’oignon aurait des « vertus magiques » pouvant neutraliser les vapeurs d’alcool et de vin.

Le Pot de chambre

Cette tradition, tombée en désuétude, nous vient directement de la région aveyronnaise, avant d’être pratiquée en Bretagne et en Savoie, et par d’autres régions françaises.

Elle se déroulait en plusieurs étapes : la 1ere, le jour du mariage ou la danse de l’âne : les mariés se promenaient sur une charrette tirée par un âne, en tenant le pot de chambre, annonçant ainsi la cérémonie aux villageois. 2e étape : le lendemain matin du mariage ou la course aux mariés invitait les jeunes villageois à chercher les mariés pour leur apporter le pot de chambre. 2 groupes se formaient ; un groupe devait trouver le jeune couple et l’autre devait aider le couple à fuir en passant par toutes les maisons du village et se faire offrir à boire. Une fois le couple retrouvé, on lui donnait à boire le pot de chambre en commençant par la marié, son époux et tous les invités. Le pot de chambre redonnait vigueur aux mariés après leur nuit de noces.

Le rituel du pot de chambre symbolise le changement de statut social des mariés qui deviennent aux yeux de la communauté des adultes responsables.

Porter la mariée pour passer le seuil

Cette tradition est issue d’une époque où il était difficile pour tous les hommes d’une tribu de trouver une femme. De ce fait, ils allaient la chercher dans les autres tribus et la ramener en la portant jusqu’à chez eux.

Pour avoir beau temps ce jour là

Il faut offrir des œufs aux Clarisses afin que leurs prières apportent le beau temps le jour du mariage.

Mariage pluvieux, mariage heureux

La pluie symbole de richesse dans l’ancien temps, car grâce à elle, les récoltes étaient abondantes.

Mariage plus vieux, mariage heureux

Dicton original déformé au fil du temps sous-entend que les couples mariés depuis longtemps étaient plus stable, plus solides et, à fortiori, plus heureux.

Les meilleurs mariages se font entre pareils

Se marier avec quelqu’un de sa condition est de bon augure. Il se racontait qu’épouser une femme d’une naissance plus haute que la sienne, amènerai autant de maîtres qu’elle aura de parents, ce qui est un gage de malheur.

Source : Carole Voyante Cartomancienne Astrologue

Image

Le mariage et ses superstitions


Je vous propose quelques petites anecdotes et autres traditions liées à un évenement important dans une vie : le mariage. Cette liste est loin d’être exhaustive.

La publication des bans

Ou l’annonce publique du mariage a été instauré Charlemagne vers l’an 800 et ce afin d’éviter les mariages consanguins.

L’enterrement de vie de garçon

Cette coutume nous vient de l’antiquité et du peuple Sparte. La veille d’un mariage, on célébrait par un bon repas la dernière nuit célibataire du futur marié.

La séparation des futurs mariés la veille du mariage

Même concubin, il est de coutume de dormir la veille du mariage chez les parents respectifs des futurs mariés. Il faut y voir le symbole d’un passage entre la famille qui nous a élevée et celle que nous allons construire.

La robe blanche

De tout temps, le blanc fut le symbole de la pureté, de l’innocence, la virginité. Dès l’Égypte Ancienne, les futures mariées se paraient d’une robe de lin tissé de couleur blanche ou écrue. Les Grecs choisissaient un drapé léger et blanc pour revêtir la mariée. Les romaines portaient elles aussi une robe blanche et rajoutaient une couronne de fleur d’oranger pour attirer la chance. Durant le Moyen-âge, les futures mariées portaient le plus souvent leur plus belle robe sans se soucier de la couleur. A partir du 19e, le blanc pour la sacro-sainte robe de mariée devient couleur hautement recommandée par l’église chrétienne. Chez les bouddhistes, par contre la robe de mariée sera de préférence rouge, couleur de la prospérité.

Quelque chose de neuf, de vieux, d’emprunté et de bleu

C’est le rituel le plus respecté. Le vieux symbolise le bonheur des parents transmis aux mariés. Le neuf symbolise la prospérité des jours futurs et la richesse à venir pour les jeunes mariés. L’emprunt doit venir d’une amie féconde, c’est un gage de fertilité pour les futurs mariés. Et le bleu pour éloigner les mauvais esprits et promettre au couple une vie heureuse et tranquille.

 

Le voile

Symbole de pureté et de virginité par excellence. La coutume dit que la mariée doit recouvrir son visage avec son voile pour se protéger des esprits mauvais. Dans d’autres, il n’était enlevé qu’une fois, les vœux du marié prononcés.

La jarretière

L’Ordre de la Jarretière est le plus prestigieux ordre de la chevalerie britannique. Cette distinction est considérée comme la récompense la plus élevée pour la fidélité et le mérite militaire. Cet ordre fut inspiré d’un incident qui aurait eu lieu, au 14ème siècle, au cours d’une danse entre roi d’Angleterre Edward III et la Comtesse de Salisbury. La jarretière de celle-ci serait tombée au plancher et le roi l’aurait attachée à sa propre jambe après l’avoir ramassée. La jarretière formée d’un ruban de velours bleu foncé était brodée de roses dorées et bordée de chaînes en or. Dans cet Ordre, elle était portée par les dames au bras gauche et par les chevaliers au-dessous du genou gauche. De nos jours, la tradition de la mise en vente de la jarretière permet aux invités de participer, financièrement à la nouvelle vie des jeunes mariés.

Chez les Hébreux, le bleu et le blanc sont les couleurs de l’amour, de la pureté, et de la fidélité. Les futures mariées étaient donc encouragées à porter une jarretière à ces couleurs.

Pièce d’argent

Coudre une pièce d’argent dans la doublure de la jupe de la mariée ou la glisser dans la chaussure du marié apporte richesse et prospérité

L’Alliance

Un mariage est synonyme d’alliance pour la vie, pour le meilleur et pour le pire. D’où le nom d’alliance attribué à cette bague de mariage. L’alliance, comme la bague de fiançailles ou bague de promesse, se porte traditionnellement à l’annulaire gauche.

Une légende de l’Ancienne Egypte raconte que l’annuaire gauche se trouve placé sur le chemin de la veine de l’amour ou « Vena Amoris » qui mène directement au cœur.

En fait, au 17ème siècle, lors d’un mariage chrétien, le prêtre, après avoir touché, les trois premiers doigts de la main gauche, (Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit), arriva alors au quatrième doigt, l’annulaire, qu’il choisit comme place pour l’alliance.

Le chiffre 8

Symbole de l’équilibre et de l’éternité, le 8 est plébiscité par beaucoup de futurs mariés. Chez les chrétiens, le 8 est le chiffre du Christ : le huitième jour de la résurrection. Chez les Bouddhistes, il symbolise les huit chemins pour aller au Nirvana et chez les Chinois, le chiffre huit est un porte-bonheur, un mariage célébré le 8 du 8e mois à la 8e heure est garanti prospère.

Ce jour-là, la mariée ne doit pas porter de perles

Les perles symbolisent les larmes qu’elle pourrait verser tout le long de son mariage. A contrario, les pierres portent chance par leur pureté et leur transparence.

Ce jour-là, la cravate du marié doit être droite

De travers, elle signifie que le marié sera infidèle à son épouse.

Ce jour-là, le mari ne doit pas voir la mariée avant la cérémonie

Cette tradition remonte au temps où les mariages étaient arrangés entre deux familles. Le mari ne pouvait pas voir sa future femme afin d’éviter qu’il ne change d’avis à la dernière minute.

Ce jour-là, il ne faut pas faire tomber les alliances durant la cérémonie

C’est le signe du mariage menacé et de vie écourtée pour celui qui l’a fait tomber.

Ce jour-là, les portes de la mairie doivent rester ouvertes

Et ce pendant toute la durée du mariage pour que quiconque s’oppose à l’union en cour puisse entrer dans la pièce et exprimer son opposition.

Ce jour-là, il faut marcher le pied droit en avant jusqu’à l’autel

Pour se garantir une vie sans embûches et emplie de bonheur.

Ce jour-là, la mariée est à la gauche du marié

Coutume antique car l’homme soit prêt pour saisir son épée avec la main droite libre et défendre son épouse en cas d’attaque.

Source : Carole Voyante Cartomancienne Astrologue

Image

Orias


Orias  est le 59e démon répertorié dans le 1er livre du traité magique le Lemegeton

Orias, grand marquis de l’empire infernal, est connu pour être le démon des astrologues et des devins. Il connait et enseigne l’astronomie et l’astrologie. Il métamorphose les hommes à leur volonté et leur fait obtenir des dignités et des titres. Il se montre sous les traits d’un lion furieux assis sur un cheval à queue de serpent portant dans chaque main une vipère. Il est à la tête de 30 légions infernales.

oriax

 

Source : Carole Voyante Cartomancienne Astrologue