Image

Bulletin spirituel de Février


 

©Photo. R.M.N. / R.-G. OjŽda

Mois dédié à la Purification

Selon Ovide, Février était considéré comme un mois délicat en raison du passage de la fin et du commencement de l’année. Cette charnière temporelle entraînerait des risques de contamination par contact avec l’Au-delà pour la communauté des vivants. D’où un mois entier de purification avant le renouveau.

Mois universel : 2 + 2019 = 2021 = 5

Les mots clés du 5 sont Mouvements et changements

Février sera un mois où il sera nécessaire de s’adapter à de nouveaux décors et à des relations différentes. Mais aussi s’octroyer un nouvel espace de liberté personnelle. C’est le moment de satisfaire sa curiosité sur certains plans et prendre quelques petits risques pour avancer. On pourra essayer d’autres voies, changer d’air et voir d’autres lieu. De nouveaux projets sont possibles mais rien de vraiment définitif.

 

Arcane mensuel : le Pape

05_-_Le_PapeLe pape est la rencontre avec une personne, connue ou pas, qui nous montre de nouvelles possibilités pour évoluer, de nouvelles choses, de nouvelles perspectives aussi bien spirituelles que matérielles. Le Pape nous apprend à communiquer avec les autres dans l’échange et le partage. Grâce au Pape, nous pouvons atteindre les buts entrepris le mois dernier. Ces projets mis en place se concrétisent car c’est l’arcane de l’accumulation et de l’accomplissement, on récolte les fruits de notre labeur. Le Pape préconise somme toutes, de ne pas être dans l’excessivité, c’est-à-dire imposer et rabaisser au lieu de conseiller et guider. Pour ne pas tomber dans ce piège, la solution est de rester honnête avec soi même quitte à se remettre en cause si nécessaire.

 

Lunaison de Février 

Le 4, Nouvelle Lune en Verseau

Phase d’impulsion subjective

Durant cette phase, les émotions seront vécues plus intellectuellement que sentimentalement. On préférera observer la vie plutôt que d’y participer. Et si on participe, on préférera suivre des nouveaux courants que les anciens dont on n’attend plus rien.

Le 12, Premier Quartier en Taureau

Phase de construction objective

Avec cette phase, on cherche à concrétiser ses projets. Les changements surtout les imprévus dérangent ou peuvent être mal vécus, le Taureau n’aime pas être brusqué. En revanche, on peut se montrer plus affectueux(se) et démonstratif(ve).

Le 19 à Pleine Lune en Vierge

Phase de culmination consciente

Durant cette phase, on a envie de rigueur, de logique ou de morale. On est plus psycho-rigide. On a peur de ses émotions ; on est soucieux. Alors on cherchera à mettre de l’ordre dans sa vie, dans ses pensées, dans ses affaires.

Le 29, Dernier Quartier en Sagittaire

Phase d’ajustement

On se veut ouvert et sympathique envers autrui. On a besoin de parler, de stimuler les autres intellectuellement. En fait, on a besoin de sentir que l’existence mérite d’être vécue entourée de personnes venant d’horizons divers. La monotonie sera pour demain….

 

Chèque d’abondance à remplir à la Nouvelle Lune

chèque abondance

Les anges de Février sont sous la protection des

Archange Raphael, la Gloire de Dieu & Archange Gabriel, le Messager de Dieu.

  • Du 31 janv au 4 fév, ange 63, Anahuel le coordinateur, évite les complications provoquées par certaines maladies.
  • Du 5 au 9 fév, ange 64 Mehiel l’attentionné, protège de l’adversité, des mauvais imprévus et des coups du sort.
  • Du 10 au 14 fév, ange 65 Damabiah le providentiel, annule les sortilèges et aide à la prospérité des entreprises
  • Du 15 au 19 fév, ange 66 Manakel le paisible, éloigne les souffrances et accorde une fin de vie paisible.
  • Du 20 au 24 fév, ange 67, Eyael, le transformateur, soulage les peines et fait revenir le réconfort pendant une période de grand malheur
  • Du 25 au 29 fév, ange 68 Habuhiah le guérisseur, combat les problèmes de gestation ou de fécondité.

angel-1740459_960_720

 

Petit horoscope optimiste de Février

Bélier

Chance dans la réussite professionnelle, pour recevoir une promotion spéciale, pour trouver un emploi. L’image sociale se trouve valorisée par le charme. On élabore des nouveaux projets en prenant soin de bien les présenter et les structurer afin qu’ils soient bien compris des partenaires éventuels. On est incité à s’associer, à prendre des contacts, à se lancer en commun dans de belles et vastes entreprises.

Taureau

Moment de chance pour faire un voyage. On ressent le désir de s’entendre avec la terre entière et n’hésite pas à nouer des relations avec des gens différents et des étrangers. On a besoin de réussir dans la vie. Et cette période permet de concrétiser les projets sentimentaux. Les ambitions professionnelles sont couronnées de succès car les activités sont en progression. C’est une excellente période de joies et de succès. Une grande confiance et des qualités de créativité conduisent à l’épanouissement et au rayonnement.

Gémeaux

Ce passage peut favoriser les finances, les placements. Des vagues de joie et de sensualité caressent. Le sujet éprouve un sentiment de plénitude. D’une manière concrète, la période est propice aux déplacements et aux engagements politiques ou sociaux. On est enclin à reformer, à coopérer et c’est là que l’énergie s’emploie le mieux. On saura communiquer aux autres son enthousiasme et son coté battant attirera des sympathies et des soutiens. Cependant, il ne sert à rien de s’acharner pour défendre son point de vue, même avec les amis, tout le monde ne peut pas penser comme nous.

Cancer

On peut soit rechercher l’âme sœur soit découvrir le beau dans son conjoint car on ressent mieux l’autre. On recherche l’harmonie dans le couple et on attire la sympathie. Les conflits s’apaisent et l’heure est à l’harmonie. L’inconscient interpelle, pousse à réfléchir en profondeur, à aborder les problèmes essentiels, voire métaphysiques. Ce qui n’empêchera pas de régler le matériel. On pourrait bénéficier d’une petite somme d’argent inattendue, d’une prime, ou encore d’un remboursement. On pourra de ce fait clôturer un prêt ou une dette.

Lion

Voici une période de bonne communication avec l’autre, propice aux négociations et signatures de contrats. Cependant, la confusion peut apparaître dans la difficulté à faire des choix. Dans ce cas, mieux vaut éviter de s’engager, signer des contrats, et attendre quelques jours avant de s’associer pour éviter les déceptions et les regrets. On cherche à rendre son quotidien agréable. Amour, santé, travail, la vie quotidienne est agréable. Bonne entente avec les animaux domestiques. Les opinions s’affirment, on les exprime avec courage et défend les idées envers et contre tous.

Vierge

Les contraintes quotidiennes sont bien vécues. Les problèmes inhérents se règlent. Les rapports professionnels sont en amélioration. On ressent le besoin de mettre ses affaires en ordre. On fait preuve d’audace et d’initiative dans le domaine financier. On est pris d’un impérieux besoin de changer les choses, de rénover. On est capable de prendre des risques financiers qui s’avèrent payants.

Balance

Ici s’impose le monde des plaisirs. Plaisir de jouer, de se distraire, de créer, de séduire. Plaisirs d’aimer et d’être aimé(e). D’où un très bon climat général pour soi et les enfants. Les relations affectives sont intellectualisées. On sait jouer avec les mots pour se mettre en avant. On se montre plus éloquente. Les déclarations d’amour sont fréquentes avec cette position, qui favorise les plaisirs ou verbaux ou écrits. L’énergie est tout entière tournée vers les autres en général ou l’autre en particulier que ce soit l’associé de cœur ou l’associé tout court. On se mobilise au profit de la vie associative. On sait convaincre du bien-fondé des bonnes causes que l’on sert.

Scorpion

La vie intime et familiale est favorisée. C’est une période où on éprouve le désir de rester chez soi avec sa famille. L’intimité s’établit aisément. C’est dans la vie au foyer ou avec la famille que la communication devrait le plus s’étendre. C’est une bonne période pour penser à investir dans l’immobilier. Il est possible de lire des ouvrages concernant le passé ou d’avoir des nouvelles de la famille. Bonnes nouvelles en général et en amour en particulier. Il faut éviter les rapports affectifs difficiles à établir afin d’éviter d’être incomprise. Le côté actif, enthousiaste et dynamique peut s’exprimer pleinement au travers une discipline physique. Pourquoi ne pas en profiter pour démarrer un régime.

Sagittaire

Il est à prévoir des petits déplacements d’agréments, plus de lecture, plus d’écriture afin de garder le contact avec ses amis et l’entourage même le plus lointain. Grande activité mentale et meilleure adaptation face aux nouvelles technologies, avec la possibilité d’acheter de nouveaux logiciels ou ordinateur. Le domaine financier est favorisé. Les occasions de gagner de l’argent se présentent plus souvent avec plus de possibilité de réussite. C’est par le charme et le talent que l’on obtiendra des avantages matériels. Il n’est pas impossible qu’on reçoive des cadeaux.

Capricorne

Les rapports affectifs avec les autres se harmonieux. La vie affective est au beau fixe, marquée par l’épanouissement, la gaieté et la sociabilité. On se sentira plus disponible, plus tolérant(e), plus aimable que de coutume. La libido sera plutôt hédoniste. Ce mois augure aussi soit un gain ponctuel mais intéressant soit des dépenses ou des frais que l’on engage en joignant l’utile à l’agréable, soit enfin des mouvements constants de rentrées et sorties d’argent.

Verseau

On se sent plus chaleureux(se), vigoureux(se), volontaire, brillant(e). On a envie de s’imposer à l’attention d’autrui et de se faire remarquer. Ce transit favorise l’expression de la personnalité et des désirs. Grâce à lui, on peut occuper le devant de la scène. Le foisonnement d’idées permet l’ouverture, le dialogue, la communication. Les idées sont claires, les décisions rapides. On est plus curieux que d’habitude. On ressent le besoin de parler, dialoguer, s’exprimer. Le mental tourne à plein régime. L’entourage dynamise, les déplacements enrichissent mentalement. Laisser de côté la tendance à la contradiction systématique, à tout critiquer par plaisir.

Poissons

C’est le meilleur moment pour s’isoler et faire le point, se trouver face à soi-même et se donner les moyens de réfléchir. On peut prendre conscience de quelque chose d’important, élucider un mystère, faire une découverte. Ce passage incline aussi aux amitiés/amoureuses. La convivialité est savourée, les projets sont partagés et il règne de la gaieté avec les amis. A l’écoute des autres, la tendresse peut alors s’épanouir.

Transits planétaires de Février

Les transits énoncés ci-dessous sont le passage des planètes relevé dans les éphémérides. Ils sont universels pour l’hémisphère nord. Ils touchent tout le monde mais ne seront pas ressentis de la même façon.

Jusqu’au 18, le Soleil transite le Verseau

On se veut actif, sociable, ouvert à toutes sortes d’expériences, le plus souvent inconvenantes et héroïques. On se sent poussé(e) par un vent de liberté, poussé(e) à dépasser les limites apparentes de l’existence.

A partir du 19, le Soleil arrive en Poisson

On devient plus rêveur, pacifiste, fantaisiste, disponible, incertain, agité, insaisissable, souvent sans réponse.

Du 1 au 10, Mercure transite le Verseau

On se veut libre de tout. Motivé(e), on est particulièrement brillant dans sa façon de penser, surtout pour défendre ses convictions personnelles.

Du 11 au 28, Mercure transite les Poissons

On préfère ressentir les choses plutôt que de les déduire à partir de ses pensées. On essaie de communiquer nos ressentis mais cela peut être parfois difficile.

Du 5 au 28, Vénus en Capricorne

On se montre très passionné(e), tout en étant sérieux en amour car notre besoin d’amour est bien réel et surtout très profond.

Du 1 au 14, Mars en Bélier

L’énergie devient impétueuse. On balaye la routine. On veut de l’action en tout.

Du 15 au 28, Mars en Taureau

On ressent le besoin d’être en sécurité matérielle, professionnelle. On déteste se trouver au pied du mur. Les besoins sensuels seront importants.

 

Transits planétaires annuels

Les transits des planètes lentes s’étalent sur une période allant de 4 à 22 ans. Ces transits indiquent les futures directives, les grandes transformations à l’échelle mondiale. Certains de ces transits ont commencé l’année dernière.

De Janvier à mi-avril Jupiter en Sagittaire (en domicile)

La collectivité cherche un renouveau, un message d’espoir, spontané et concret. Cela peut passer par de l’excessivité ou un refus des contraintes. L’impulsivité peut malheureusement conduire à des situations embarrassantes.

De janvier à fin avril Saturne en Capricorne (en domicile)

Le gouvernement a un sens du devoir trop absolu et son manque de tact lui pose des problèmes de communication. Lucide mais misanthrope, ne s’autorisant aucune incartade, il se sent souvent incompris ou limité par les gens qui l’entourent ou par les événements. Cela le pousse à s’endurcir et à s’insensibiliser. Il a une grande éthique, mais son pessimisme peut lui empoisonner la vie.

Du 7 janvier au 6 mars Uranus en Bélier

La liberté personnelle semble passer par l’initiative personnelle. C’est en luttant que l’on peut s’individualiser. C’est parfois une période d’aventures, où on peut devenir un pionnier, dans un sens ou dans un autre.

Neptune en Poissons

La collectivité tourne ses idéaux ou ses illusions et ses grands rêves vers le besoin d’unité. On verra de nouveaux courants mystiques intervenir et d’autres tomberont en désuétude. Il y aura des découvertes scientifiques de première importance.

Pluton en Capricorne

La pression de la mentalité collective touche le travail et le besoin de cristalliser les expériences. Des frontières seront changées. L’Europe apparaîtra réellement à ce moment. Le travail sera moins fait par les hommes. Le climat général d’austérité est pesant.

 

Conseil spirituel

14 la Tempérance

« Nous sommes entre deux mondes, celui des poursuites conscientes motivées par l’ego et celui de l’atteinte de perspectives plus profondes. Un calme intérieur et un équilibre suivront une période de tumulte. »

Sans titre

 

Fêtes importantes du mois de Février

Dans la Rome antique, on dénombrait 310 jours fériés : 310 occasions de se réjouir en célébrant les divinités, les empereurs, les saisons. Il y avait 3 sortes de fêtes : les fixes, les exceptionnelles, les mobiles dédiées à la vie agricole. Alors faisons comme les romains et festoyons le plus souvent possible.

 

St_BrigidLa fête dImbolc, le 1er février, dédiée à la déesse Brigit, déesse de la fécondité, de labondance, des poètes, des forgerons et des médecins, et protectrice des morts. Les Celtes passaient alors en procession dans les champs en portant des torches, pour demander à la déesse de purifier la terre et de rendre les récoltes abondantes pour l’année suivante. Ils célébraient également le retour de la lumière et lallongement des jours.

 

pancakes-2372095_960_720La Chandeleur ou la Fête des Lumières, le 2 février, devint festa candelarum, la chandeleur en latin, célébrait le retour de Perséphone à la surface et l’allongement des jours.

 

Le 5, jour du nouvel an chinois : Année du Cochon

year-of-the-pig-2019

Dernier animal du zodiaque chinois, le Cochon est le signe de l’abondance. Durant l’année, tout le monde recevra sa part de prospérité. Sans trop savoir pourquoi, c’est l’année où les gens auront le moins de soucis financiers. Ce qui explique peut être pourquoi dans beaucoup de pays, la tirelire est souvent un cochon.

 

coeurLe 14, la Saint Valentin,

Le jour de la Saint-Valentin, le 14 février, est considéré comme la fête des amoureux. Mais il y a longtemps, la Saint Valentin était célébrée comme étant la fête des célibataires et non des couples. Le jour de la fête, les jeunes filles célibataires se dispersaient aux alentours de leur village et se cachaient en attendant que les jeunes garçons célibataires les trouvent (définition des lupercales). À l’issue de ce cache-cache géant, les couples formés étaient amenés à se marier dans l’année. Ceci permettait de développer la démographie et stimuler l’expansion des villages.

 

Le 16, Le Carnaval

carneval-3109200_960_720Les carnavals sont une de fête consistant généralement en une période où les habitants de la ville sortent déguisés, masqués et maquillés. Tout le monde descend dans la rue pour chanter, danser, faire de la musique, jeter des confettis et serpentins et défiler autour d’une parade. Symbole de la fête populaire, il instaure un temps pendant lequel il est possible de s’affranchir des règles et des contraintes du quotidien. Ainsi, il permet d’outrepasser les règles morales et sociales. Ainsi pendant quelques jours, les esclaves devenaient les maîtres, les maîtres prenaient la place des esclaves. Il devenait permis ce qui était habituellement interdit. Grâce aux déguisements, aux masques, chacun peut oublier pour un temps la misère, la maladie, la souffrance. Chacun peut changer de condition : les hommes se déguisent en femmes, les enfants s’octroient des droits d’adultes. La réserve qui régit habituellement les rapports sociaux disparaît. Le masque de l’hypocrisie tombe : place à la satire et à l’humour.

 

Je vous souhaite un merveilleux mois de Février

Carole

 

 

Sources :

Logiciel Orion Maestro

The new international éphémérides 1900-2050 International Edition

Photos libres de droit : wikimedia commons/pixabay

Tarot des Contes des Fées issu de ma collection privée

https://femininsacre.com

Une déesse par jour Julie Loar

https://www.les-voies-libres.com

http://www.calendrier-des-religions.ch

Publicités
Image

Noël et le mystère de la naissance du Christ, Omraam Mikhaël Aïvanhov


Il y a quelques années, une amie Marie Jane, tarologue, m’offrit ce petit livre de 33 pages. Jusqu’à présent, je ne l’avais pas lu et voilà que ce Noel je l’ouvre et je commence à lire. Les lignes suivantes sont un résumé de ce petit fascicule écrit par Aîvanhov, philosophe ésotérique bulgare.  Chacun de nous y prendra ce qu’il lui semble bon à comprendre…..

Quatre fêtes cardinales :

  • Noël, 21 décembre, solstice d’hiver, archange Gabriel,
  • Pâques, 21 mars, équinoxe de printemps, archange Raphaël.
  • La saint Jean, 21 juin, solstice d’été, archange Uriel
  • La saint Michel, 21 septembre, équinoxe d’automne, archange Mikaël

Ces quatre fêtes cardinales ont été instaurées par les Initiés afin de rappeler aux humains qu’à ces dates, le soleil envoie dans l’Univers des forces extrêmement puissantes qu’ils ont la possibilité de puiser et d’utiliser pour leur évolution.

Après le solstice d’hiver, le 25 décembre célèbre la naissance du christ. Or une naissance est une descente dans la matière, une âme qui se matérialisera dans un corps. L’archange Gabriel qui préside le solstice d’hiver a la faculté de condenser la matière, c’est pourquoi il préside à la naissance des enfants. Ceci explique pourquoi, dans les évangiles, il est apparu à Marie pour lui annoncer la naissance de Jésus et à Zacharie (cousin par alliance de Marie en étant l’époux d’Elisabeth), la naissance de son fils Jean qui deviendra plus tard Jean-Baptiste.

Lorsque les Initiés veulent matérialiser un projet, ils utilisent la période du solstice d’hiver pour le faire, car toutes les conditions sont réunies pour le faire : c’est l’heure de la naissance de quelque chose sur la terre. Les autres fêtes ont une signification différente : Pâques correspond à une résurrection, la Saint-Jean à un embrasement, la Saint-Michel à un détachement, seule Noël est lié à une réalisation sur la terre.

Avec le solstice d’hiver, le soleil entre dans la constellation du Capricorne qui est lié aux montagnes, aux grottes. Les jours raccourcissent, les nuits s’allongent. Le moment est plus propice à la méditation, au recueillement, ce qui permet à l’homme de pénétrer dans les profondeurs de son être et de donner naissance à l’Enfant.

Chaque année, le 25 décembre à minuit, la constellation de la Vierge monte à l’horizon ce qui explique pourquoi Jésus est né de la Vierge. Au descendant, apparaissent les Poissons (l’amour universel). Et au milieu du ciel on peut voir la constellation d’Orion avec à sa ceinture les trois étoiles représentant les trois Rois Mages.

Cette date symbolise la naissance du principe christique, de la lumière et de la chaleur qui transforment tout. A ce moment-là, dans le Ciel, cette fête est aussi célébrée. Les Anges chantent et tous les saints, les grands Maîtres et les Initiés sont réunis pour prier, pour rendre gloire à l’Éternel et fêter la naissance du Christ qui naît réellement dans l‘univers.

La naissance de Jésus englobe trois plans : le plan historique, le plan mystique, et le plan cosmique.

Pour avoir un enfant, il faut un père et une mère. Le père, Joseph symbolise l’intellect, l’esprit de l’homme. La mère, Marie, c’est le cœur, l’âme. Si le cœur et l’âme (la mère) sont purifiés, l’enfant divin naît : mais il ne naît pas de l’intellect et de l’esprit de l’homme, son véritable père est l’Ame universelle ou le Saint-Esprit sous forme d’amour divin qui vient féconder l’âme et le cœur de l‘être humain. L’âme et le cœur représentent le principe féminin, réceptif, et l’intellect et l’esprit représentent le principe masculin qui prépare le terrain pour que le Saint-Esprit, ou l’Ame universelle prenne possession de l’âme humaine, et donne naissance à l’Enfant Christ. Mais comme la naissance est un phénomène qui doit se produire dans les 3 plans, il faut que l’enfant naisse aussi dans un plan physique.

L’étable comme lieu de naissance, avec la crèche, est un symbole de pauvreté mais aussi des conditions de vie difficiles. L’étable représente le corps physique ; le bœuf est sous l’influence Vénus et représente la force sexuelle ; L’âne est sous l‘influence de Saturne ; il représente la personnalité, c’est-à-dire la nature inférieure de l’homme.

Quand l‘homme entame un travail spirituel pour se perfectionner, les forces de sa personnalité et celles de sa sensualité rentrent immanquablement en conflit. L’Initié est celui qui arrive à maîtriser ces deux forces et à les mettre à son service. Il n’anéantit pas ces forces ; l’âne et le bœuf n’ont pas été chassés de l’étable ; ils étaient là, présents, et ils soufflaient sur l’Enfant-Jésus, pour le réchauffer. Ce qui implique que dès que l’homme arrive à transmuer l’âne et le bœuf en lui et à les mettre à son service, ils viennent chauffer et alimenter l’enfant intérieur de leur souffle. Ces forces ne sont plus là pour le tourmenter, le désaxer et le faire souffrir, elles deviennent au contraire des forces vivifiantes.

La crèche ou Hara est le centre sur lequel l‘Initié doit travailler. Ce centre, situé à quelques centimètres au-dessous du nombril, est la crèche où doit naître le Christ entre le bœuf et l’âne, c’est-à-dire le foie et la rate.

Ensuite, un ange est apparu aux bergers, les propriétaires de l’étable. A l’annonce de la naissance de Jésus, ils prirent des agneaux et qu’ils donnèrent en offrande. Cela signifie que les esprits familiaux, qu’ils soient dans l’au-delà ou sur la terre, reçoivent eux aussi la nouvelle qu’un événement splendide s’est produit dans votre cœur et dans votre âme et ils viennent aussi s’incliner et vous apporter des présents.

La lumière, représentée par l’étoile à cinq branches, est une réalité absolue. Elle brille au-dessus de la tête de tous les Initiés. C’est un phénomène qui se produit inévitablement dans la vie d’un véritable mystique Initié. Suivant le principe qui annonce que tout ce qui est en haut, est aussi en bas : il existe 2 pentagrammes. Sur le plan physique, l’homme lui-même est un pentagramme vivant et lorsque cet homme développe en plénitude les cinq ‘Vertus : bonté, justice, amour, sagesse, vérité alors un autre pentagramme le représentant dans un plan subtil sous forme de lumière apparaît.

Cette étoile qui brille au-dessus de l’étable signifie que chaque Initié possède en lui une lumière christique, une lumière qui apaise, purifie, nourrit, réconforte et guérit.

Un jour, cette lumière est aperçue de loin par d’autres, ce qui explique la présence des trois mages, Melchior, Balthazar et Gaspard auprès de l’Enfant Jésus. Ces mages, chefs religieux dans leur pays respectif, ont senti cette lumière.

Etant astrologues, ils observèrent dans le ciel certaines configurations planétaires exceptionnelles (conjonction Jupiter/Saturne/Vénus dans la constellation des poissons), et conclurent à la venue d’un événement extraordinaire sur la terre. La naissance de Jésus correspond aussi à un phénomène inscrit dans le ciel il y a deux mille ans. Dans l’astrologie gréco-romaine, Jupiter était l’étoile des rois et dans l’astrologie juive, Saturne l’étoile du Messie et la constellation des Poissons, la ‘Maison des Hébreux’.

Les Rois Mages apportèrent l’or, l’encens et la myrrhe, le jour de l’épiphanie. Ces présents sont bien évidement, symboliques : L’or signifie que Jésus était roi : la couleur or est la couleur de la sagesse dont l’éclat brille au-dessus de la tête des Initiés comme une couronne de lumière. L’encens signifie qu’il était prêtre car l’encens représente le domaine de religion, c’est-à-dire aussi du cœur, de l’amour. Et la myrrhe est un symbole d’immortalité qui servait pour embaumer les défunts. Les présents sont étroite relation avec les trois domaines : la pensée, le sentiment et le corps physique. Et chacun est à un lien avec une Sephira de l’Arbre de la Vie : la myrrhe à Binah, l’éternité, l’or à Tiphéreth, la lumière et l’encens à Hessed, la dévotion.

Pour conclure, avant d’être un événement historique, la naissance du Christ est un événement cosmique : c’est la première manifestation de la vie dans la nature, le commencement de tous les jaillissements. Ensuite, cette naissance est un événement mystique, le Christ doit naître dans chaque âme humaine comme principe de lumière et d’amour divin : C’est cela véritablement la naissance du Christ et tant que l’homme ne possédera pas la lumière et l’amour, l’Enfant Christ ne naîtra pas en lui Il peut le fêter, il peut attendre, rien ne se produira.


Source : Carole Medium Clairvoyante

Image

Le Chrysanthème


La tradition de déposer un bouquet de chrysanthème sur les tombes le jour des défunts soit le 2 novembre remonte à la première guerre mondiale, où se développa la coutume d’orner les tombes des défunts avec des fleurs. La fête des morts coïncidant avec le milieu de l’automne, il fallait trouver une fleur en pleine floraison à cette période de l’année. Cette fleur fut alors largement commise et devint au fil du temps un symbole incontournable de la Toussaint.

En France, cette plante est donc associée à la mort mais le chrysanthème possède une signification beaucoup joyeuse dans d’autres pays.

Originaire d’Asie, le chrysanthème signifiant fleur d’or, est vénéré comme une des plus belles fleurs au monde. Chaque année, le 9 septembre au Japon, une exposition de chrysanthèmes multicolores est organisée lors du festival de la joie car cette fleur est le symbole de la famille impériale.

Le chrysanthème jaune est un symbole de longévité et d’immortalité en Chine. On le consomme en infusion pour ses propriétés médicinales car elle a la particularité de contenir une importante quantité de sélénium organique. Si le sélénium est toxique à l’état pur à forte dose, il devient bénéfique pour lutter contre le cancer, améliorer la longévité sous cette forme.

Le chrysanthème blanc est associé au chagrin et à la Mort en Asie orientale

On offre des chrysanthèmes aux mamans pour la fête des mères en Australie.

Dans le langage des fleurs, le chrysanthème symbolise la joie, l’amitié, la paix, l’optimisme, l’abondance ou encore la santé.

Offrir un chrysanthème jaune symbolise un amour absolu, touchant la perfection

Offrir un chrysanthème rouge traduit un amour intense, véritable et présent

Offrir un chrysanthème blanc est le gage d’un amour pur, un amour détaché de toute autre pensée

Offrir un chrysanthème rose signifier un amour naissant

Même si la tradition française veut que cette plante symbolise la fête des morts, offrir des chrysanthèmes à la personne aimée est une déclaration d’amour.

Carole

 

Image

Les Saturnales Fête d’Epona


Épona était une déesse majeure de la mythologie celtique gauloise. Elle est associée au cheval, animal emblématique de l’aristocratie militaire gauloise, dont les expéditions ont entraîné la diffusion de son culte. Épona a pour équivalent Rhiannon chez les Celtes du Pays de Galles et Macha chez ceux d’Irlande.

 

Epona était une déesse de la fertilité, comme le prouvent ses attributs : la patère et la corne d’abondance, ainsi que la présence d’un poulain sur certaines sculptures. D’après H. Hubert, on lui attribue un rôle de guide psychopompe, celui de guide des âmes vers les îles de l’autre monde.

 

Epona fut l’une des rares déesses gauloises à s’intégrer dans le calendrier romain. Epona garda sa propre identité, et réussit même à intégrer le panthéon romain. Dans ce dernier, elle gardait encore une certaine couleur gauloise, car les romains associaient facilement le cheval aux peuplades gauloises. Voilà pourquoi elle s’inscrivit dans les saturnales en lui rendant hommage le 18 décembre.

Blog de Carole

Image

Les Saturnales du 17 au 24 décembre


Toutes les civilisations anciennes célébraient le solstice d’hiver en invoquant des divinités associées à la fertilité et à la lumière. Avant le christianisme, les fêtes païennes et religieuses étaient nombreuses autour de la date du 25 décembre. Les plus connues étaient les Saturnales célébrées à Rome, du 17 au 24 décembre, en l’honneur de Saturne, dieu des semailles et du temps. Elles célébraient le règne de Saturne, représenté avec une faucille et un sablier et étaient la manifestation de la fête de la liberté (libertas decembris) et du monde à l’envers. Jour de liberté des esclaves à Rome, ces derniers devenaient les maîtres et les maîtres obéissaient aux esclaves.

 

La Légende dit que Saturne détrôné et devenu simple mortel, se réfugia en Italie, dans le Latium, où il rassembla les hommes féroces éparpillés dans les montagnes et leur donna des lois. Son règne fut appelé l’âge d’or, ses paisibles sujets étant gouvernés avec douceur et équité. C’est pour célébrer la mémoire de cet âge heureux que Rome fêtait les Saturnales.

Les Saturnales jouaient plusieurs rôles :

Elles célébraient le solstice d’hiver, période la plus sombre de l’année mais aussi promesse de jours qui vont bientôt allonger à nouveau.

Cette fête inversait l’ordre des choses et pendant un temps, l’autorité des maîtres sur les esclaves était suspendue et ceux-ci avaient le droit de parler et d’agir sans contrainte, libres de critiquer les défauts de leur maître, de jouer contre eux, de se faire servir par eux. Les tribunaux et les écoles étaient en vacances, les exécutions interdites. Les Romains cessaient leurs travaux : la population se portait en masse vers le mont Aventin. Un marché spécial (sigillaria) avait lieu.

On enlevait à la statue du dieu les chaînes qu’elle portait, chaines que Jupiter lui aurait infligées, afin de contenir son appétit dévorant en le soumettant au rythme régulier des astres et des jours.

Pendant ces journées de fêtes, on invitait famille et amis, on banquetait, on buvait, on faisait du vacarme, on dansait et on jouait. On suspendait des figurines au seuil des maisons et aux chapelles des carrefours. On ornait la maison de lierre, gui et houx et la végétation de guirlandes, on avait l’habitude d’offrir des cadeaux, on s’offrait des chandelles de cire, des figurines de pain ou de terre cuite, des pièces de monnaie, des porte-bonheur, du miel, des gâteaux, de l’or…

Ce temps de fête était placé sous le signe de Janus, divinité à deux visages, un pour le passé, l’autre pour le futur. C’est l’origine de janvier le mois de Janus. On ne revêt plus la toge, mais la tunique, vêtement des pauvres et des esclaves et on peut même coiffer le pileus libertatis, « bonnet de liberté », la coiffure des esclaves affranchis. On trouve là l’origine des déguisements de carnaval et même celui de la « fête des fous » au Moyen-âge puisque tous sont égaux, les esclaves prennent la place des maîtres et, lors d’un banquet, est désigné « roi de la fête » celui qui a trouvé la fève dans le gâteau ; on note bien sûr ici l’origine de la « galette des rois ».

Les Saturnales par Antoine Callet, 1783

Blog de Carole

Image

Les Saturnales, Fête de Consualia


Dans la Rome antique, chaque mois étaient prétexte à célébrer la terre et le cycle de la nature qui les nourrissaient. Les romains pensaient qu’il valait mieux rendre les dieux bienveillants à leur égard et leur offrir les fumées des festins que l’on faisait en leur honneur avec des fêtes comme les saturnales pour entrer ainsi dans leurs bonnes grâces.

La fête nommée Consualia  fait partie des saturnales et est célébrée le 15 décembre. Elle fait honneur à Consualia, dieu agraire et des réserves abondantes, et fut créée par Romulus en l’honneur de Consus, ou Neptune.

Des courses de chevaux, d’ânes et mulets étaient organisées au Circus Maximus.On en profitait aussi pour sortir les grains des réserves pour les moudre et les vendre au forum le jour de la fête d’Opalia le 19 décembre.

C’est au cours d’une de ces fêtes que les Romains enlevèrent les Sabines. D’où l’idée que ce stratagème (consilium en latin) a donné son nom au dieu Consus et à la fête. L’enlèvement fut supposé avoir eu lieu au tout début de l’histoire de Rome, peu après sa fondation par Romulus. Cherchant des femmes pour fonder leurs familles, les Romains négocièrent sans succès avec les Sabins qui peuplaient les environs. Craignant une rivalité, les Sabins s’opposèrent au mariage entre leurs femmes et  les Romains. Ces derniers planifièrent donc leur enlèvement.

Sous couvert d’une fête en l’honneur de Neptune, Romulus invita toutes les tribus voisines aux réjouissances.  Beaucoup de peuples voisins participérent à cette cérémonie, dont les Caeninenses, les Crustumi, les Antemnates et de nombreux Sabins. Durant le festival, au signal de Romulus, les Romains enlevèrent les femmes sabines et repoussèrent les hommes hors de Rome. Romulus supplia  les femmes enlevées d’accepter les Romains comme époux.

La légende dit qu’aucun abus sexuel n’eut lieu. Bien au contraire, Romulus leur offrit le libre choix en leur promettant des droits civiques et de propriété. Il s’adressa à chacune d’elle personnellement et leur démontra que la violence de leur kidnapping fut la résultante de l’orgueil de leurs pères, et  leur refus de s’allier, par des mariages, à un peuple voisin. En tant qu’épouse de romains, elles  partageraient avec eux leur fortune, leur patrie, et seraient les mères d’hommes libres.

 

Source : Saturnales : consualia

Image

Zoroastrisme


Le zoroastrisme fut l’une des premières religions monothéistes dont Ahura Mazdâ est le dieu, seul responsable de la mise en ordre du chaos initial, le créateur du ciel et de la Terre. A l’origine, le zoroastrisme dérive du mazdéisme, prophétisée par Zarathoustra, fondée au cours du Ier millénaire av. J.-C.. Elle devint religion officielle des Perses sous la dynastie des Sassanides (224-651), jusqu’à ce que l’islam arrive.

Au début, la doctrine de Zoroastre fut transmise oralement jusqu’à l’arrivée de l’écriture et l’ensemble de textes sacrés « Avesta », fut écrit. Mais, du texte initial, seul le quart est arrivé jusqu’à nous. Les manuscrits ont été perdus ou détruits lors de l’invasion d’Alexandre le Grand qui fit brûler la bibliothèque du palais de Persépolis et lors de l’invasion arabe au VIIe siècle. Seulement plusieurs textes sacrés furent retrouvés.

Zoroastre, qui ne se revendiquait pas prophète, s’est contenté de donner des directions de recherche spirituelle. Les zoroastriens considèrent que leur dieu n’a pas besoin d’adoration, pas besoin d’intermédiaires, ne joue pas de l’ignorance des peuples. Zoroastre condamna les rites et les sacrifices traditionnels offerts aux dieux par les Perses, mais il garda la tradition du culte du feu comme symbole divin.

Zoroastre prêchait un dualisme reposant sur la bataille entre le Bien et le Mal, la Lumière et les Ténèbres. Le principe de Zoroastre est qu’il existe un esprit saint (Spenta Mainyu), et un esprit mauvais (Angra Mainyu), esprit incréé, opposés car représentant le jour et la nuit, la vie et la mort. Ces deux esprits inspirent chaque être doué d’une âme.

Dans la doctrine de Zoroastre, chaque personne répond de ses actes en vertu de la nature de son « Fravahr », l’équivalent du karma hindouiste. La doctrine se résume en une maxime : Humata, Hukhta, Huvarshta (« Bonnes Pensées, Bonnes Paroles, Bonnes Actions »). Zoroastre s’était rendu compte que toute l’évolution du monde était basée sur « l’action » et « la réaction », donc si les gens s’adonnent à la bonté ils ne récolteront que la bonté et s’ils se livrent à la méchanceté, ils seront envahis par le mal.

Selon Zoroastre, la « bonté » est quelque chose comme une lumière qui vient du fond de soi, et cette bonté est inhérente à l’homme. Chaque homme porte deux tendances, le bien et le mal. Zoroastre proclame de toujours choisir le bien mais il n’y a pas d’obligation et celui qui remplit sa responsabilité pleine et entière envers les autres est un Saoshyant.

Cette doctrine étant directement liée à la culture, les adeptes doivent constamment la mettre en œuvre en l’adaptant à la science moderne. De ce fait, certains préceptes de Zoroastre restent encore aujourd’hui d’actualité, alors que la plupart des religions ne leur ont pas accordé d’importance. Comme par exemple :

  • L’égalité des hommes et des femmes soulignée maintes fois dans les Gāthās et réalisée dans l’histoire de la Perse antique par l’avènement au pouvoir de femmes telle que
  • Préserver la pureté de l’eau, de la terre, de l’air et du feu. Avec toutefois une différence pour le feu car cet élément divin a besoin du concours de l’homme pour être entretenu, pour continuer d’exister ; contrairement à l’air, l’eau et la terre qui existent sans le concours de l’être humain.
  • Vénérer le feu sacré car il symbolise le véhicule de communication entre Ahura Mazda et les hommes.
  • Abolir l’esclavage et la soumission de l’être humain.
  • L’importance du travail et rejeter toute idée de paresse, vivre au crochet d’autrui, voler le bien d’autrui. Chacun doit vivre de ses efforts et pouvoir bénéficier de sa propre récolte.
  • Idolâtrer, adorer un lieu, une image sont prohibées dans la pensée de Zoroastre car la maison de Dieu se trouve dans le cœur et l’esprit de l’homme.
  • Combattre l’oppression faite à l’égard des hommes en se soulevant pour l’éliminer.
  • Respecter les animaux et considérer leur sacrifice comme un crime à leur égard.
  • Admettre une vie après la mort et un jugement des âmes ; chaque être humain étant jugé selon ses mérites.
  • Lefravahr, symbole de la doctrine de Zoroastre, est l’esprit de l’homme préexistant à sa naissance et qui perdurera après sa mort et il ne peut se substituer à ce Dieu. Si les bonnes actions l’emportent sur les mauvaises, l’âme montera au ciel par un pont au-delà duquel l’attendra le Seigneur de la Lumière. Dans le cas contraire, il descendra en Enfer. Mais lorsqu’enfin l’enfer lui-même sera purifié, le royaume du Dieu s’installera sur Terre. Il existe donc toujours une possibilité de rédemption réelle pour chacun d’entre nous. Le zoroastrisme préfigure ainsi le Messianisme.

La profondeur intellectuelle de cette doctrine a exercé une grande influence sur les doctrines judéo-chrétiennes. On retrouve tous les thèmes du Zoroastrisme sous une forme semblable dans le judaïsme, le christianisme et l’islam.

Le changement des mœurs que les zoroastriens veulent, s’obtiennent par la droiture, par des actes justes et bons. C’est pourquoi le Zoroastrisme a eu aussi une grande influence sur le plan philosophique en occident : Platon, Voltaire, Nietzsche, mais aussi Plutarque, Pythagore, Aristote, Montaigne, Érasme, Goethe, Hegel, et même Karl Marx.

Source : Carole Voyante Cartomancienne Astrologue