Image

Anubis, dieu des sépultures


En ce mois de Novembre, mois des Scorpions ayant pour  planète maîtresse Pluton ou Hadès , dieu des enfers, je vous présente un dieu issu de la mythologie égyptienne.

Dieu des morts dans la mythologie égyptienne, Anubis est représenté sous forme d’un grand chien noir aux formes fines et élancées, couché sur un édicule représentant le tombeau sur lequel il veille et porte un ruban rouge noué autour du cou ou sous forme humaine avec une tête de canidé aux longues oreilles pointues tenant la croix Hank d’une main et un sceptre de l’autre.

Après la première période de l’Ancien Empire, il fut remplacé par Osiris comme le dieu des morts, et devint le dieu du culte des obsèques et plus particulièrement des soins donnés aux défunts. De ce fait, Anubis fabriqua la première momie avec le corps d’Osiris qu’Isis avait reconstitué. La couleur noire représente la couleur des momies après qu’elles aient subi le processus d’embaumement. C’est une couleur bénéfique, symbole de la métamorphose des défunts dans le sol. C’est aussi la couleur du limon déposée par le Nil pendant l’inondation.

Gardien des cimetières et des nécropoles, Anubis est le psychopompe « le conducteur des défunts « . Dans le Livre des Morts, il préside la pesée du cœur (psychostasie) du défunt dans la chambre des Deux Vérités. Aussi connu comme étant Khenty-Imentiu, le chef des habitants de l’ouest où se trouvait le royaume des morts, la terre où le soleil disparaissait pour la nuit.

Anubis bénéficiait d’un culte autant royal que populaire car en tant que gardien des cimetières, de nombreux temples lui étaient consacrées dans toute l’Egypte. Son principal sanctuaire se situe dans la ville d’Henou ou Cynopolis en grec. Les grecs l’associeront au dieu Hermès, Hermanubis.

Carole

photo  Jeff Dahl

Publicités
Image

Astrologie hébraïque


Je vous invite à découvrir une astrologie où histoire, religion et astres se côtoient. Les 12 signes du zodiaque hébraïques correspondent aux 12 fils de Jacob mais aussi aux noms des 12 tribus formant le peuple hébreu après l‘Exode biblique.

téléchargementTale (22 mars au 20 avril)

Il représente Yéhouda, 4e fils de Jacob ou 4e tribu

Son symbole est le  lion, qui, dans l’Apocalypse et la tradition chrétienne, désignera Jésus-Christ (le Lion de Juda, Ap 5,5).C’est de cette Tribu que sont issus les rois d’Israël, de la lignée de David et, ultérieurement, la parenté charnelle de Jésus-Christ.

Doté d’un potentiel de versatilité, d’insouciance, de curiosité et de désir de réagir instinctivement souvent même sans réfléchir, Tale possède une psychologie primaire qui se dirige là où sa spontanéité la mène. Tale aspire à vivre intensément l’instant présent. Il use à tort et à travers de son don pour la parole avec un goût évident pour le concret et la pragmatique. Son péché : Pour de mauvaises raisons, il abuse d’autorité et provoque des conflits, en confondant parfois sa vérité avec la vérité.

 

IssacarChor (21 avril – 21 mai)

Il représente Issacar, 9e fils de Jacob ou 9e tribu.

Son symbole est un âne mais on le représente aussi par des livres, le soleil, la lune et les étoiles symbolisant ses connaissances scientifiques, en particulier astronomiques, d’où verset biblique : «Et les enfants d’Issacar, qui étaient des hommes qui avaient l’intelligence des temps» (1 Chron. 12:33).

Tout doit être carré, pratique et logique dans la vie de Chor. Ce mois de naissance généralement associé à l’époque nourricière pousse Chor à ne se nourrir que de nourritures terrestres et de biens matériels. Toutefois, en lui, se cache une profonde aspiration spirituelle. Entêtement et résolution sont des qualités positives si elles sont bien exploitées. Chor est un pacificateur, généreux et bienfaisant pour les siens, doté d’une étonnante force de travail et d’un goût de l’effort très poussé. Son péché : le sexe qui le mènera encore et toujours par le bout du nez.

ZebulomTehomim (22 mai – 21 juin)

Il représente Zabulon, 10e fils de Jacob et 10e tribu

Le symbole de la tribu de est un bateau.

Tehomim est un éternel adolescent électrique et instable, qui ne peut concrétiser projets et idées qu’au prix d’efforts considérables. Son atout est l’intellect et il est un remarquable éducateur ou manipulateur de haut vol. Il cherche à unir les êtres par la communication mais sa dualité profonde est de parvenir à trouver une unité entre ses actions et ses émotions. Il possède la faculté de parole, de conviction. Son péché : un sens des affaires aiguisé pouvant faire des miracles autant que le conduire aux limites de l’honnêteté.

RúbenSartan (22 juin – 22 juillet)

Il représente Ruben, le 1er fils de Jacob ou la 1ere tribu

Son symbole est une mandragore en référence à celles qu’il apporta à sa mère Léa mais aussi des vagues à la surface de l’eau en référence à la bénédiction de Jacob, « Bouillonnant comme l’eau ».

L’entourage bienveillant et familial est le tremplin et la condition sine qua non à son épanouissement. Tout ce qui est étranger lui fait peur et il se réfugie dans le cocon du foyer ou dans une sphère intime, qui peut néanmoins limiter ses horizons. Sensibilité et rêve forment un cocktail créatif étonnant qui l’égare parfois. Il doit apprendre à tempérer son idéalisme et sa générosité afin de ne pas être déçu. C’est un imaginatif, voguant entre l’expansivité extrême et les insondables secrets du rêve, du sentimentalisme et du romantisme. Son péché : un caractère lunatique, imprévisible et difficile à cerner.

simeoArieh (23 juillet – 23 août)

Il représente Siméon, 2e fils de Jacob ou 2e tribu

Ses symboles sont une épée et la porte de Sichem en référence à l’épisode biblique où il a attaqué cette ville, avec son frère Lévi, en représailles pour le viol de leur sœur Dinah (Genèse 34).

Arieh est avant tout réputé pour aimer les belles choses, la bonne chair et les matérialités sonnantes et trébuchantes même si ce n’est pas exactement la possession qui l’attire mais bien la jouissance de ces biens. Malgré de véritables qualités de rigueur c’est l’écoute qui laisse à désirer. Il doit apprendre à se prémunir contre les péchés d’orgueil, l’attrait du pouvoir et le désir de puissance qui le guettent pour mieux embrumer sa lucidité. Son péché : Signe très ambivalent, rayonnant ou envahissant, capable de gouverner et d’irradier chaleur et générosité comme de détruire par tyrannie ou égocentrisme.

Gade2Betoula (24 août – 23 septembre)

Il représente Gad, 7e fils de Jacob ou la 7e tribu

Son symbole est un campement militaire ou une troupe de cavaliers.

Gad possède la complexe vocation de concrétiser, en s’oubliant et en se transformant lui-même dans l’action. Il est à la recherche d’une « virginité » spirituelle en équilibrant forces terrestres et célestes. Doté d’une puissance de concentration alors qu’il semble incapable pour lui de s’évader dans les espaces de l’imagination ou de l’innovation. Terriblement attaché à son travail, son mental est aiguisé, pragmatique, critique, analytique malgré une fâcheuse tendance à tout décortiquer. Son caractère est plutôt passif et il peut se laisser abuser par excès de confiance. Son péché : savoir faire payer l’affront quand on l’abuse.

86px-JoséMozenaim (24 septembre – 23 octobre)

Il représente Ephraïm, 11e fils de Jacob ou 11e tribu

Son symbole sont des épis de blé et un arbre fruitier en référence au verset Genèse 49,22 : « Joseph, un plant fécond au bord d’une source ».

 Mozenaim incarne la justice et la justesse d’un équilibre visant à l’harmonie. C’est le signe même de l’indivision, tout en étant pourtant essentiellement double. Pourvu d’un caractère généreux et de sentiments nobles, harmonieux, qui ne s’épanouit que dans un environnement lisse et sans encombre. En revanche, il est prédisposé à la dispersion et il possède la curiosité désordonnée du papillon. Il est apte à faire fructifier ses idées et ses relations grâce à la communication. Son péché : ne pas savoir prendre parti, et vouloir toujours arrondir les angles.

LeviAkrav (24 octobre – 22 novembre)

Il représente Levi, le 3e fils de Jacob ou la 3e tribu

Son symbole est le pectoral du grand prêtre d’Israël orné de 12 pierres précieuses, une pour chacune des 12 tribus (Exode 28:17-20).

Akrav incarne la dichotomie entre destruction et pérennité, en bon signe d’eau : l’eau du déluge, qui décompose tout pour faire renaître. Un véritable tumulte habite l’âme et la chair d’Akrav qui se nourrit d’intériorité, de passion et de secrets. Il s’extériorise violemment pour mieux se défendre et il privilégie souvent les ruptures pour mieux vivre de nouveaux départs. Cela restera sa plus grande force. Son péché : Il doit porter une attention toute particulière aux problèmes sexuels et à leurs corollaires psychologiques afin de ne pas risquer excès ou déséquilibres liés à ce domaine précis….

Benjamin2Qecheth (23 novembre – 22 décembre)

Il represente Benjamin, 12e fils de Jacob ou 12e tribu.

Son symbole est un loup. (Exode 28:20).

 Qecheth est doté d’une puissance unificatrice : justice et vie doivent s’harmoniser dans l’existence sous peine d’une dysharmonie qui le rendrait infantile, nerveux, excessivement téméraire et irréfléchi. Sa qualité principale semble être la protection : il est un appui, un soutien, une densité. il possède une certaine sagesse : l’union du raisonnement et de l’intuition, du raisonnable et de l’imaginatif, du pragmatisme et de l’irrationnel. Il est doté d’un formidable potentiel de renouvellement d’idées. Il sait transmettre à son entourage ses belles aspirations et il fait preuve d’une forte confiance en lui. Son péché : avec l’âge, il s’embourgeoise.

DãGuedi (23 décembre – 21 janvier)

Il représente Dân, 5e fils de Jacob ou 5e tribu

Son symbole est un serpent ou une balance en référence à la bénédiction de Jacob.

 Guedj donne l’ambition d’être le premier, avec un risque d’égocentrisme et d’autoritarisme. Sa psychologie est très matérialiste voire associée à de l’avidité. Guedj se rattrape quand il est empreint de sagesse et de traditions. On lui reproche sa froideur, son manque d’élan spirituel mais on oublie qu’il a la faculté de s’améliorer avec de véritables efforts. C’est un planificateur, perfectionniste mais qui peut contourner parfois le droit chemin. Pour la victoire, il sait se montrer ferme, rigoureux et tenace. Son péché : il se veut inaccessible et respecté, caché en haut de sa tour d’ivoire.

 

AserDeli (22 janvier – 20 février) :

Il représente Ashér, 8e fils de Jacob ou 8e tribu

Son symbole est un olivier, en référence à la bénédiction de Moïse au verset Dt 33,24 : « Il baigne son pied dans l’huile ».

Deli a su gardé une âme d’enfant, une naïveté, un désir de dépasser les préjugés, un refus des conventions, une curiosité tous azimuts, un besoin constant d’inventer et de découvrir et une forte instabilité. Sa plus belle qualité est de savoir rire de tout et tout le temps, régénérateur et simplificateur qui crée autour de lui une zénitude. Il est l’ami par excellence, le confident, le conseiller qui privilégie le dialogue et l’écoute. Il est également très indépendant. Son péché : Peur de perdre sa liberté à causes des contingences matérielles.

 

NaftaliDaguim (21 février – 21 mars)

Il représente Nephtali, 6e fils de Jacob ou 6e tribu

Son symbole est une biche,

Daguim est pourvu d’une intelligence oscillante, entre haut et bas, fortune et pauvreté. Ces dérives extrêmes sont dues à un fort lymphatisme, engendré par un trop plein d’eau… Son caractère est souple, apte à s’adapter à toutes sortes de situations. Daguim possède indéniablement des capacités médiumniques et de grands pouvoirs intuitifs. Gare aux risques de dispersion psychique, aux tendances à cacher les sentiments en simulant mais il se rachète par son incroyable capacité à simplement aimer. Son péché : Sous ses airs de gentil se cache un rebelle pouvant être intolérant.

Carole

 

 

Image

Cycles astrologiques de 7 à 70 ans


Dès notre naissance, chaque individu a besoin d’exprimer une partie de lui-même. À chaque instant, il affine les moyens qui lui permettront cette expression. Il faut beaucoup de temps pour enrichir ces ressources. Ce temps s’écoule de façon cyclique. Toute vie, pour se manifester, a besoin de deux éléments : le temps, pour qu’elle puisse s’exprimer en durée, et la forme, afin qu’elle soit concrète. La vie est un concept abstrait qui ne se manifeste que dans le monde concret observable, elle prend donc une forme. Ce qui sous-entend que chaque étape de notre vie coïncide à des aspects planétaires bien particuliers. Les aspects les plus récurrents sont entre Lune et Saturne. Le corps céleste le plus rapide, la Lune, ainsi que le corps céleste le plus lent, Saturne, ont quelque chose à voir avec la forme et le processus d’apprentissage de la vie. La Lune symbolise la capacité d’assimilation et de reproduction. Saturne symbolise le processus d’apprentissage par la persévérance et aussi par la peine et la douleur. Toutes les étapes sont importantes et l’astrologie apporte un regard sur celles-ci.

Cycle de recherche d’un pouvoir de 7 à 14 ans.

La seconde période commence lorsque les dents permanentes surgissent. Cette crise est fondamentale, organique et psychique, car depuis là, l’enfant “mâche” ses expériences, au propre comme au figuré.

Entre la 7e et la 8e année, pendant le premier carré croissant de Saturne et de la Lune progressée, la tension interne monte. Il a le sentiment de se défendre par lui-même et une certaine agressivité apparaît au premier plan. Uranus transite la Maison II dérivée à sa position radicale et l’enfant démontre extérieurement son attitude face à l’introduction du “JE” dans sa vie. C’est à ce moment-là, qu’il est “pollué” par le monde extérieur et que l’opinion des autres commence à l’influencer. Ces carrés croissants symbolisent l’accélération ou le retard dans le processus de croissance. Il commence à “marcher droit” et à participer davantage à ce que l’on attend de lui. Au premier retour de la Lune Noire, il peut aussi refuser de collaborer à ce qu’attendent les autres de lui. C’est pourquoi beaucoup d’enfants refusent d’apprendre à l’école, comme réaction à la formation proposée par leurs parents. L’action du carré provoque des réactions dont l’enfant est à présent conscient. Il éprouve de l’intérêt pour le monde extérieur et peut devenir plus studieux. Il fait une distinction réelle, à présent, entre le bien et le mal. Saturne pourrait, du reste, le prendre la main dans le sac. Un traumatisme, plus ou moins fort, est même souhaitable. Il recherche surtout, des bases plus stables et une structuration réelle de la part de ses parents. S’il est puni, il saura au moins jusqu’où aller.

A partir de 9 – 10 ans, l’enfant doit avoir appris à se défendre, à s’exprimer avec plus de souplesse et de réalisme. C’est (normalement) un âge sans souci. L’auto-affirmation créatrice et le développement de la volonté sont fondamentaux. L’enfant exprime cette période de différentes manières : des jeux compétitifs entre camarades, des dessins, etc. Des jouets trop perfectionnés ne permettent pas de développer réellement son imagination et de stimuler l’excitation de la découverte. Les hémisphères gauche et droit se développent selon ses expériences. La Lune progressée et Saturne forment un trigone croissant, pendant que Jupiter passe du quintile au sextile décroissant, vis-à-vis de leurs positions radicales. L’enfant ose alors affronter le monde avec plus de courage.

Entre 10 et 11 ans, l’identité devient plus forte, le monde extérieur devient un défi. Le sesqui-carré de la Lune progressée et de Saturne et le demi-carré d’Uranus peuvent créer des tensions, en raison d’un sentiment d’amour-propre, à cause de l’attitude de l’enfant. Il commence à afficher des traits individualistes plus évidents. Certains efforts de l’enfant peuvent se trouver brimés et étouffés par des conventions socioculturelles.

Le premier éveil de la sexualité est lié à tous ces comportements, ce qui provoque l’apparition d’une nouvelle phase d’existence. Jupiter termine sa première révolution, la Lune progressée et Saturne forment tous deux un bi-quintile. L’enfant voit ou sent de nouvelles possibilités dues à l’accroissement de sa sexualité. Tout ceci se passe avant la puberté. Sans qu’il s’en rende compte, il s’identifie complètement aux parents et ce, jusqu’à la puberté. Il se sent une partie d’eux, que ce soit accepté inconsciemment ou non. C’est à la puberté qu’il commence seulement à naître psychiquement. Les archétypes des parents dominent l’enfant, comme représentants de l’inconscient collectif opposés au moi individuel de l’enfant. L’influence des parents va beaucoup plus loin que leur personnalité réelle. Les contenus psychiques de l’enfant (transmis par l’hérédité), permettent ces processus, l’enfant étant une “copie” modifiée des parents.

L’action de la Lune progressée et de Saturne est très peu freinée par l’ego conscient de l’enfant qui est complètement ouvert à son monde intérieur et aux influences du monde extérieur. Jusqu’à la puberté, il n’est pas en conflit avec lui-même. Ce commencement du Moi doit s’adapter à la réalité intérieure et celle extérieure, les adopter en lui et les vivre individuellement. Sans ce “Moi” qui vit et agit “dehors” et “dedans”, le monde entier n’existerait simplement pas, au point de vue psychologique. L’individu n’aurait aucune intelligence, aucune spéculation pour le faire progresser psychiquement et intellectuellement.

Cycle psychologique, puberté et adolescence de 14 à 21 ans.

Ce cycle commence dès l’approche de la puberté. Entre 8 et 12 ans, la vie de l’enfant est relativement simple : il apprend, il s’intéresse au monde, et ses activités sont vitales et conquérantes. Entre 13/14 et 17/18 ans, il en est tout autrement. De grandes transformations corporelles causent une attitude orientée vers l’intérieur et vers un dualisme. L’enfant fait alors clairement la différence entre filles et garçons, plus uniquement sur le plan corporel, mais surtout sur le plan psychique. On observe une déviation du comportement antérieur et l’enfant se dégage. Il se cherche, il se détache de ses amis et de ce qu’il prenait pour autorité. Les anciennes activités sont remises en question et repoussées. Il achève (tue) l’ancienne période sans que quelque chose de neuf l’ait remplacé. La puberté se présente lorsque la Lune progressée et Saturne forment un quinconce à leur position radicale. L’adolescent est soumis à de fortes tensions insolubles. Il éprouve le besoin de s’écarter des règles et des codes en vigueur enseignés, alors que la vie affective, inconnue jusqu’ici, apparaît, réveillée par l’apparition de la sexualité. L’adolescent sent que sa sécurité peut être atteinte.

L’insécurité croît jusqu’à l’opposition de la Lune progressée et de Saturne à leur position radicale, entre 14 et 15 ans. La Lune Noire est à son deuxième quinconce croissant, dans une phase Maison VIII dérivée à sa position natale. Le comportement est antisocial, comme compensation à l’insécurité de la vie affective interne et de la situation extérieure, dans le monde. Il se sent incompris et beaucoup de jeunes cherchent un exutoire dans des activités réprouvées comme la délinquance juvénile et la drogue. Il y a même, dans certains cas, des tentatives de suicide lorsque le sentiment d’éloignement de son être propre et du monde extérieur est trop grand.

On assiste également à des changements spirituels, par exemple : des refus de suivre la religion des parents, etc. Les aptitudes mentales croissent à vue d’œil et la pensée abstraite apparaît. Il commence à percevoir en lui des notions de justice et de liberté ; la mémoire et le sens critique se développent. La puberté laisse transparaître des traits individuels, ce qui se traduit par une transformation des pôles d’intérêts ; en dehors de lui va naître un intérêt croissant pour des activités, pour lesquelles il va se dépenser. Il y a conflit entre les exigences de plus en plus nombreuses de l’école et des intérêts personnels. Certains s’échappent de leurs études à cause du combat intérieur relatif aux contraintes et impératifs de l’emploi du temps. Les raisons familiales, de santé et d’insuffisance mentale n’entrent pas en cause. On remarque que les filles sont moins affectées que les garçons. La concentration est affaiblie par le demi-sextile de Neptune à sa position radicale.

Jusqu’à 12 ans, l’amitié n’est pas entièrement orientée vers l’extérieur. L’enfant joue avec ses amis parce que c’est agréable et non par intérêt pour ses amis. A la puberté, c’est le contraire qui se produit. Il se sent isoler et cherche le “seul ami”, celui qui pourra le comprendre et partager ses secrets. Les progressions individuelles devraient permettre d’éclairer sur ce qu’éprouve l’enfant à ce moment dans la vie. On peut tomber à cet âge-là, dans ce que l’on appelle “identity foreclosure” et “negative identity”. Le premier terme se rapporte au fait de prendre trop tôt la mesure de son identité. Le second, c’est l’identification à n’importe quel courant, dans le seul but d’acquérir une identité. Les “mouvements branchés” et les “babas et hippies” sont significatifs du deuxième terme. L’identity foreclosure a des incidences autres. L’adolescent, vers 15-16 ans, va établir un programme d’existence, en concordance avec l’entourage et les valeurs de la famille. Il semble plus calme que les autres adolescents de son âge. En réalité, il n’a pas encore pris sa décision. La deuxième crise, vers 28-30 ans, risque d’être plus dure. La vie d’un tel homme (ou femme) sera plus désemparée que quelqu’un qui a subi ces confrontations à 15 ans et qui aurait décidé.

Lors du quinconce de la Lune progressée et de Saturne, aux environ de 17 ans, le caractère est une fois de plus modifié. La crise intérieure prend un aspect extérieur. L’adolescent commence à se battre contre ce qui a une forme fixe dans l’existence. Nous arrivons au premier demi-carré de Neptune à sa position natale. Cela se rapporte particulièrement aux qualités individuelles naissantes, processus qui débute à la puberté, lors du sextile croissant d’Uranus à sa position radicale. Cette planète forme un quintile à 17 ans environs, ce qui provoque un façonnage créatif de nouvelles qualités et la nouvelle identité occupe une position centrale. L’adolescent est alors attiré par le groupe. Il laisse sa période introvertie et se réunit avec des gens à l’esprit similaire au sien. Il a besoin de se dévouer à ces idées et idéaux, il se sent plus altruiste. Certains jeunes se lient à des groupes nettement moins sains : délinquance, méfaits, vols, violence, drogue, etc. La période d’instruction obligatoire se termine aux environs de 17 ans. L’adolescent sort du nid et s’apprête à voler de ses propres ailes. Les jeunes n’aiment pas toujours cela, car ils ont appris le sens critique. Ils se rendent compte que la société est loin d’être parfaite.

Vers 18-19 ans, on assiste au sesqui-carré décroissant de la Lune progressée et de Saturne, ainsi qu’au premier retour des Nœuds lunaires. Ces aspects représentent la fin de la crise d’identité. L’adolescent pénètre dans le monde avec tout son acquis et son identité acceptée ou acquise. On demande à l’adolescent de savoir ce qu’il veut, de trouver sa place dans la société. La vie intérieure se débarrasse des tensions de la période précédente et la vie devient plus souple. Entre 19 et 20 ans, la Lune progressée et Saturne forment un trigone décroissant à leur position radicale. L’individu a alors le sentiment de déterminer sa propre existence.

C’est lors de cette période de 14 à 21 ans, qu’intervient le concept d’éducation volontaire. Il peut, s’il le veut, continuer ses études, mais plus comme avant où ces études étaient obligatoires. Il doit décider, afin de donner un nouveau sens à ses responsabilités. Il se forge aussi une véritable base culturelle, qui comporte également des notions politiques, sociales, personnelles et professionnelles. Il devient un participant actif de la société, qu’il en soit conscient ou non.

Cycle socioculturel de 21 à 28 ans

Cette phase commence par Saturne en carré décroissant à sa position natale et par le carré croissant d’Uranus à sa position radicale, qui entre dans une phase Maison IV dérivée de la position radicale. A 21 ans, la tendance à se dégager des anciennes formes prend un virage plus net. L’individu a besoin d’indépendance et ne supporte pas que l’on se mêle de ses affaires. Il a envie de servir et d’aider la société. Entre-temps, il s’intéresse toujours à ses études, à son métier, à sa carrière. Un conflit s’installe entre ce que l’on fait et ce que la société attend de lui. L’individu se voit obligé de couper avec son passé et de comprendre que ce qu’il a appris jusqu’ici n’est pas forcément juste. Il doit couper avec ses habitudes insouciantes des années d’école et de tout examiner sous l’angle de la vie adulte.

Cela arrive lors du carré décroissant de la Lune progressée et de Saturne. C’est un conflit entre les buts recherchés, ses propres désirs et ce que l’entourage propose. L’individu est à présent conscient de ses propres désirs. Cette crise est basée sur la question : continuer sur les sentiers battus ou donner suite aux besoins ressentis intérieurement. Il ressent une “mort”, qui est une mort partielle : la destruction d’anciens contenus, pour permettre aux nouveaux de se développer réellement. Ensuite, ces corps formatifs, la Lune progressée et Saturne, forment un quinconce, puis un sextile, à leur position radicale. Jupiter revient une deuxième fois sur lui-même, à sa position radicale. Beaucoup de gens oublient leurs problèmes passés, en fonction de la situation présente. La productivité et la créativité renaissent, à cette période.

C’est pendant cette phase, entre 21 et 28 ans, que l’individu entrevoit le besoin d’imaginer le futur (Uranus), et ceci en fonction du passé (Saturne). Il modifie et rectifie ses habitudes, ce qui peut être difficile, les modifications se basant sur des valeurs sociales, comme les valeurs financières, les impôts, la mode, la réussite professionnelle, etc. La maturité psychologique est demandée, ainsi que la manière d’agir de façon responsable en toutes circonstances. Le masque de la persona provoque une crise. Les succès personnels et futurs dépendent, d’une certaine manière, de la façon dont l’individu assume ces carrés. Les progressions et les transits donnent d’excellents résultats quant aux problèmes personnels plus spécifiques à l’individu. Il doit découvrir sa propre vérité, le but de sa vie, tout en vivant à l’intérieur d’un milieu clos, comme la famille (ou son substitut) et, en même temps, vivre hors d’elle, en se séparant des influences psychologiques prédominantes.

Après 21 ans, on cherche à se construire son foyer. On se prépare pour une profession. On se marie. On a des enfants, etc. La plupart des gens font cela avant 28 ans. Peut-être inconsciemment, ils ORGANISENT leur vie. Le virage suivant, (entre 56 et 60 ans), sera le résultat des options prises avant 28 ans. A moins que l’individu ne veuille rester conscient que des propositions de la société, en restant fidèle aux normes sociales.

Cycle individuel – personnel de 28 à 35 ans

Il marque le retour de la Lune progressée de Saturne. Uranus, en trigone à sa position radicale, ouvre la cinquième et la dernière période ascendante. C’est un moment crucial, où tous les points forts du thème se retrouvent. Le Nœud Nord passe sur le Nœud Sud de naissance, en progression secondaire, la Lune et le Soleil reviennent à un aspect similaire à celui de naissance, un signe zodiacal plus loin. A 29 ans, Saturne revient à son point de départ et Jupiter fait opposition à sa position natale. Cette période est un véritable point tournant, comme le sera la période de 56 à 60 ans, autre naissance potentielle.

Le demi-carré décroissant formé par Saturne aux environs de 26 ans, symbolise un retour des tensions internes non résolues dans le passé. C’est le prélude à une crise existentielle. La crise de la quinzaine signifiait la formation de l’ego, une mise en place biologique et corporelle, la formation d’un moi plus conscient. Cette crise, qui débute vers 26 ans, voit l’individu se trouver devant un choix, à partir de son sentiment d’individualité. C’est une crise de l’ego. On constate une déviation entre la Lune progressée et Saturne. Il est important de tenir compte de cet écart de vitesse entre les deux astres formatifs, car les contenus et l’expérience (Lune), viennent avant la mise en formes fixes des nouveaux contenus (Saturne). Mais pour la vue d’ensemble que l’on suit ici, on n’a pas besoin d’en tenir compte.

C’est entre 27 et 30 ans que l’on devient réellement adulte, lorsque ces deux corps seront revenus à leurs positions natales. A la fin du premier tour, les deux corps qui symbolisent la fonction ÊTRE (qui permet à l’individu de se structurer) permettent à l’individu la possibilité de se délier réellement de son passé. La plupart des expériences se sont déroulées de façon inconsciente et ont été entassées dans l’inconscient personnel. Le rôle des parents est à présent joué. Le premier trigone qu’Uranus forme à position radicale symbolise le processus psychologique qui consiste à (devoir) se détacher des parents, ainsi que de la partie de vie qu’ils ont dirigée. Ce processus de détachement est pénible, car il y a diverses causes qui influencent la perception du processus : disputes, incompréhensions, et surtout le fait que l’individu se sent seul. Or, l’identité est très sensible à ces années de crises, surtout la partie de l’identité qui n’est pas d’accord avec les normes établies, avec ce qu’attend la société et ses règles de style de vie et de comportement. Le besoin de se réaliser est plus fort pendant cette crise qu’à n’importe quel autre cycle. Tout le monde n’a pas la même conscience et n’est pas protégé de la même manière. Cela explique pourquoi, à cet âge, il y a souvent des événements inattendus, comme des divorces, des ruptures, des changements d’orientation ou d’études ou de profession. C’est en clair une tendance générale à rompre avec tout ce qui lie au passé. On ne se sent plus prêt à répondre à ce que l’on voudrait que l’on soit. On se révolte et beaucoup se sentent incompris, perdus, seuls et déséquilibrés. Des idées négatives et noires, chez certains, vont jusqu’à aboutir au suicide.

Le choix est devant l’individu : ou il continue à mener lui-même sa propre existence, ou il suit les normes collectives en vigueur. Il sait (inconsciemment) qu’une partie de sa personnalité sera perdue s’il ne fait pas un choix. Les cas diffèrent sur le choix. Pour certains, le changement a lieu brutalement. Pour d’autres, le changement ne se remarque pas ; ils se glissent dans la situation sans aucun effort. Le fait de vouloir revenir sur ce que l’on a ou que l’on possède peut devenir une véritable torture pour certains. Plus on ose changer consciemment, mieux se déroule cette crise. Uranus intervient dans ce processus en un besoin de liberté et de briser les formes. Il y a donc des gens qui s’accrochent à leur passé et d’autres qui ne veulent que du neuf. Les deux réactions sont déséquilibrées et entraîneront une réaction, de la part de l’inconscient, beaucoup plus tard. Ces attitudes ne permettent que de libérer la conscience temporairement.

En clair, lorsque le deuxième cycle commence, il faut apprendre à travailler à sa manière, avec l’acquis passé, à poursuivre l’édification de son existence, à continuer à (se) donner des formes extérieures (sociales, professionnelles, etc.) dans des domaines divers. Le moment est venu de répondre à sa vie intérieure qui nous dit de nous réaliser, surtout sur le plan extérieur. Il s’agit de donner une nouvelle forme aux représentations archétypiques du père et de la mère.

Ensuite, les demi-sextiles de la Lune progressée et de Saturne interviennent. Vers 33 ans en moyenne, les demi-carrés décroissants de la Lune progressée et de Saturne relancent les tensions. Il est beaucoup plus difficile d’indiquer avec exactitude ce que l’individu va faire de ses contenus intérieurs, après le début du deuxième cycle. L’homme décide comment il va traiter ses tensions internes et s’il va suivre sa voie. Or là, tout dépend de sa prise de conscience. Elle peut être un bien comme un mal. Il peut se sentir solitaire, après une telle prise de conscience. Le bonheur est une notion subjective, une illusion. Intérieurement, ce n’est pas ce que l’être humain recherche. Ce n’est pas le but de nos données conscientes et inconscientes. Le but est de se développer et de devenir conscient. Cette prise de conscience peut aussi amener une paix intérieure indescriptible. Ce demi-carré peut se présenter sous une forme plus combative, uniquement pour oser montrer que l’on est soi-même. Beaucoup de gens retombent dans les modèles d’avant la crise de 27 – 30 ans. Certains avant-gardistes se montrent plus conservateurs, etc. Des vies prometteuses se désagrègent et ne vont pas plus loin, etc.

Les années suivantes sont plus tranquilles. Il faut d’abord se maintenir dans les situations extérieures, par exemple : la profession. C’est le temps du sextile, puis du quintile de la Lune progressée et de Saturne, entre 34 et 35 ans. Pour résumer cette phase, il faut se dire que jusqu’à 28 ans, l’individu n’est qu’une somme de son héritage social, ancestral, biologique, etc. Ce n’est qu’après 28 ans que l’on peut devenir réellement un individu. Et tant de gens continuent à suivre la voie béate des conditions sociales, en se disant : “A quoi bon !…” A 28 ans, la porte s’ouvre pour affirmer son être propre. On peut avoir des dons, mais ce qui est important, c’est ce que l’on va en faire. Le défi de cette phase concerne l’utilisation des legs du passé, afin de s’épanouir et de se réaliser. Il faut utiliser consciemment son attitude envers le passé, une fois que celle-ci a été réellement modifiée.

Cycle individuel – personnel de 35 à 42 ans.

A partir de ce moment, les énergies qui poussent l’homme à grandir, à s’étendre, selon les lois de la génétique, elles-mêmes issues du système solaire, commencent à redescendre. L’homme apprend à s’introvertir. Cette introversion dépend du cycle inverse. Ce qu’il a fait pendant la période correspondante extravertie, entre 28 à 35 ans déteint sur cette période. La période suivante, entre 42 et 49 ans correspond à la période de 21 à 28 ans et ainsi de suite. Le cycle de 28 à 35 ans correspond à une libération d’énergie créatrice, vers l’extérieur, tandis que ce cycle de 35 à 42 ans concerne surtout les croyances personnelles. Bien utilisé, ce cycle peut faire ressortir une certaine créativité. Il concrétise la période précédente. La période qui s’étend entre 28 et 42 ans sert à l’autodétermination et à l’auto-subsistance, avec la conscience de sa destinée.

L’individu s’habitue à la vie et à la route qu’il a choisie peu avant. Ceux qui sont revenus aux anciens modèles sont sensibles à ce calme. L’inconscient prépare déjà la crise de 45 ans, mais le conscient peut toujours être “illuminé” jusque-là, peu importe le genre d’illumination. Entre 36 et 37 ans, il y a une autre période de crise. Saturne et la Lune progressée atteignent leur deuxième carré croissant à leur position radicale. Jupiter effectue son troisième retour sur lui-même. Les difficultés et les fautes commises sur la voie qu’il suit sont mises en lumière. La personne s’aperçoit alors qu’elle a pris une décision, l’effort est fait par elle. Cela peut lui permettre de vaincre les résistances passées et dépasser ainsi sa propre peur de l’inconnu. Il doit faire un pas réel, car Jupiter ne peut coopérer qu’avec l’aide de Saturne pendant cette phase. Il faut maîtriser les tensions non encore résolues en regardant l’avenir.

A partir de 35 ans, l’activité symbolique d’Uranus s’intensifie. L’accent est mis sur un besoin de changer, de se dégager pour vivre de nouvelles expériences ou de s’occuper de son individualité propre. Le côté correctif du quinconce croissant intervient. L’opposition d’Uranus aura lieu à 42 ans. Il ne faut pas tomber alors dans une rigidité dogmatique. On est sûr que sa solution est absolue. La question reste posée : arrivera-t-on à quitter ces valeurs absolues, lorsque le besoin s’en fera sentir ? Elles risquent d’enrayer le développement personnel. Ou l’individu revient à des valeurs ayant cours pendant sa jeunesse, ou il va dans le sens d’un développement intérieur réel.

Pour résumer ce cycle, on peut dire qu’il s’agit de l’opposition de tout cycle, où l’extérieur affronte l’intérieur. La persona intervient pour beaucoup dans ce processus, ainsi que le complexe-mère. Si ces processus psychologiques ont été compris, peu importe comment, l’individu pourra s’individualiser. Mais s’ils dominent, il attendra toujours que quelqu’un, un substitut de la mère, prenne une décision pour lui. Il est possible de voir le sol se dérober, de se rendre compte que la vie n’avance pas. On peut donc inconsciemment rechercher d’autres modèles, d’autres images-mère, avoir l’illusion de saisir des occasions passées. Bien des gens s’attachent à des personnes plus jeunes, ayant l’illusion inconsciente qu’ils rattrapent leur jeunesse.

Cela n’aidera pas la période suivante, entre 42 et 49 ans, qui peut devenir chaotique. Cette période commence par le carré croissant de la Lune progressée et de Saturne et se termine aux alentours du carré croissant de Neptune.

Cycle socioculturel, transition de 42 à 49 ans.

Cette période correspond à celle de 21-28 ans, marquée par Uranus et Saturne. Il ne s’agit plus de carrés, mais d’oppositions. On cherche un sens et une valeur réels à ses relations. Les premiers symptômes d’une autre crise interviennent vers 42 ans, pour aboutir généralement vers 47-48 ans, à la ménopause et à l’andropause. Ce phénomène n’est pas essentiellement biologique. Il est aussi psychique, devant amener une transition. On observe deux groupes distincts (avec des intermédiaires). Le premier passe progressivement à une autre manière de vivre, peu conscient des mutations internes et il trouve cette période un peu plus difficile à vivre que d’habitude, sans chercher de significations à tout cela. Le deuxième groupe est conscient des manifestations de cette crise. Il en souffre plus, mais il peut, en même temps, en tirer des leçons, surtout en ce qui concerne les désirs et les mobiles, ce qui peut aboutir, par la suite, à une vie plus pleine et plus harmonieuse.

Plus la personne manque de maturité, moins elle accepte le changement, plus elle sera affectée par ces changements. L’individu s’est fait son monde, il a des enfants, etc. A la quarantaine, il se pose des questions existentielles : Pourquoi a-t-il fait cela ?, à quoi cela peut-il bien servir ? Un sentiment s’installe, on pense qu’il n’y a plus rien d’autre à faire que de satisfaire les besoins de l’existence. L’individu va donc avoir recours à des choses et à des valeurs dont on conçoit mal l’existence. Les sesqui-carré de la Lune progressée et de Saturne est une indication de la dualité qui deviendra plus profonde entre 40 et 41 ans, lors du bi-quintile et du quinconce. On se dit que l’on a à peine éprouvé les petites nouveautés de la vie, que l’on a laissé passer sa chance de les éprouver.

Vers 42 ans, chez l’homme, il y a une diminution de la tension sexuelle. Des sentiments d’infériorité et de crainte y sont liés qui sont souvent la source de toute une suite de comportements et surcompensations dans cette période de vie. Ceux qui se sont conformés aux règles de la société retrouvent une chance de s’orienter vers eux-mêmes, ce fait est symbolisé par l’opposition d’Uranus. Les peurs peuvent désorienter et beaucoup de gens tournent en rond. Toute remise en question mal comprise peut aboutir à des troubles divers, comme des divorces, des changements d’orientation, des déménagements, des pertes financières, etc. Plus l’ego est ancré dans la psyché, plus cette crise peut être difficile. Le choc de retour de l’inconscient que l’on subirait éventuellement provient d’une identité négative ou d’un choix prématuré, d’une identité au cours de l’adolescence.

Lors de l’opposition de la Lune progressée et de Saturne, sur leurs positions radicales, lors de la 44e année, il peut y avoir une aggravation de la crise de 42 ans. Une solution à cette crise doit être trouvée. Les aptitudes de façonnage de l’individualité (Uranus) subissent de nouvelles pressions. Les archétypes du père et de la mère demandent de nouvelles orientations, même si l’individu devrait être détaché de ses parents. On remarque que beaucoup de gens sont encore loin d’être détachés de ceux-ci. Ils s’identifient plus longtemps à leur jeunesse lorsque les parents sont encore en vie. Cela oblige l’homme à créer, de façon équilibrée, de nouveaux objectifs pour la deuxième partie de la vie. Lorsque cela est mal vécu, on observe des sentiments destructeurs du genre : “Ça ne sert à rien…”, “Oh !, moi, vous savez, à mon âge…”, des dépressions, de l’instabilité, de l’angoisse, etc.

Cette période est un changement d’une base orientée vers l’extérieur, vers une nouvelle base d’existence orientée vers l’intérieur. Les deux parties sont essentielles au développement d’un humain. Trop de gens continuent de nourrir leurs rêves de jeunesse et sont ignorants vis-à-vis de leurs développements intérieurs. On observe ainsi des gens qui rivalisent avec des jeunes. Il est nécessaire d’établir de nouveaux objectifs ultérieurs. Vers 46-47 ans, lors du quinconce de la Lune progressée et de Saturne à leurs positions radicales, les tensions peuvent être à nouveau recorrigées. A ce moment, Jupiter peut aider, puisqu’il revient pour la quatrième fois sur lui-même. Cela peut aussi se traduire (le quinconce décroissant est par analogie en rapport à la Maison VIII et le Scorpion), par des problèmes sexuels : la ménopause pour la femme et l’andropause pour l’homme. Il faut remplacer les valeurs déterminantes de l’existence.

Cette période, entre 42 et 49 ans, voit une introversion arriver. Aucune pression extérieure, la profession, la famille, etc. ne devrait influencer le choix d’amis, d’associés, etc. Un mariage qui aura tenu “à cause des enfants” risque fort de se dissoudre sitôt les enfants partis de la maison, à moins qu’une autre raison d’être n’intervienne. Le sentiment de solitude peut être très fort, avec beaucoup d’anxiété. Beaucoup de gens lâchent tout, pour recommencer leur vie à zéro. Il faut éviter de fuir, face aux réalités et aux responsabilités de la vie (carré croissant de Neptune). On se rend compte également que le corps change et qu’il n’a plus la même résistance qu’avant. Cela peut être traumatisant, car on se rend compte que l’on vieillit. Certaines personnes assimilent le fait d’être aimé à l’approche sexuelle. Le fait de vieillir n’est, pour eux, que plus difficile. Ils ne s’acceptent pas eux-mêmes. Un homme peut rechercher une femme plus jeune, pour cause de la diminution non acceptée de la puissance sexuelle, tandis que la femme a plus de désirs dans la quarantaine que pendant sa jeunesse. Elle accordera plus d’importance à sa beauté et à sa séduction. Il faut apprendre que si tout ce qui est extérieur décline, tout ce qui est intérieur grandit. Les capacités mentales peuvent encore s’accroître, tout dépend comment l’individu a vécu jusqu’ici. Les vies où la peur et la détresse dominent ne changent pas à ce moment-là, car leur ego se fatigue. Beaucoup de choses positives peuvent ressortir de cette période-là.

Cycle psychologique de 49 à 56 ans.

Cette période correspond au niveau extraverti 14-21 ans. Si un jeune doit s’extravertir normalement, sans excès par un trop ou par un manque. L’adulte doit se rendre compte que la vie se rétracte. La croissance intérieure se stabilise lors du trigone croissant de la Lune progressée et de Saturne, à leurs positions radicales. Cela se passe, plus ou moins, sans heurts, à condition d’avoir mis en pratique le changement et de ne pas s’être arrêté à une phase déterminée. Le besoin intérieur de s’épanouir et de se réaliser peut mettre, à tout moment, l’individu à un stade du développement qu’il n’a pas compris.

Le trigone croissant de la Lune progressée et de Saturne peut indiquer le danger de s’assoupir dans une attitude figée qui ne progresse pas. Le quinconce d’Uranus, à sa position natale, peut se manifester par une frustration créatrice. On continue d’avancer sur la voie que l’on s’est choisie, malgré les résistances que l’on rencontre. Ces résistances sont causées par des convictions internes. Bien des gens ont envie de s’en aller, pas pour tout abandonner, mais pour parler, pour échanger, pour communiquer et pour partager leurs propres convictions.

Pluton a accéléré sa course dans l’espace jusqu’en 1989. Ensuite, il ralentira sa course pendant 120 ans. Tout le monde n’est pas touché, au même moment, par les aspects de Pluton à sa position radicale. Ceux qui sont touchés par un passage difficile de cette planète durant cette période peuvent retrouver une sérénité et une acceptation de la vie : la mort est inévitable, mais ce n’est pas une raison d’avoir peur d’elle. Les sujets de l’au-delà prennent, de plus en plus, d’importance. Le tout est de ne pas tomber dans des convictions trop rigides, par exemple : des sectes ou des mouvements qui ne feraient qu’alimenter nos craintes intérieures. Ceux qui essayent de trouver une recette miracle à ces problèmes souffrent généralement d’un vide intérieur. Il faut qu’ils apprennent à le combler et évitent de le faire de façon intolérante. Celui qui a suivi sa route individuelle depuis la trentaine, constate généralement, vers la cinquantaine, que d’autres individus vont le suivre comme une sorte d’exemple. Ceux-ci le suivent parce qu’ils n’ont pas répondu à l’élan interne qui les poussait à se réaliser. Ceci se passe lors du deuxième carré décroissant de la Lune progressée et de Saturne à leurs positions radicales. Il faut donner un sens à tout ce que l’on a déjà vécu jusqu’à ce stade. Il y a une nouvelle fois une rupture avec le passé. Il s’agit de lâcher les mauvais souvenirs de la crise de la quarantaine et surtout de les évaluer. Les tensions qui en résultent signifient : oser, œuvrer pour sa propre individualité. Pour ceux qui n’ont pas osé être eux-mêmes, ce carré symbolise le maintien d’un masque n’offrant plus de protection contre un vide intérieur qui ne fait que croître sans cesse. Leur seule perspective est d’attendre l’âge de la retraite…

A ce stade, vers l’âge de 50, 51 ans, un gouffre attend la personne qui n’a jamais rien fait d’autre que de gagner sa vie et d’assurer son image de prestige. Uranus (toujours vis-à-vis de sa position radicale) passe, en même temps, à l’aspect de sesqui-carré décroissant. Le carré indique à l’individu si ses conceptions sont valables. Il lui démontre les facettes de son caractère qu’il n’aurait pas (encore) utilisées. Ce carré peut aussi bien faire ressortir des dons que des contenus refoulés.

Ensuite vient le sextile de la Lune progressée et de Saturne, à leurs positions de base. L’intériorisation est le mot-clé de tout ce qui suit le carré. Ceci nous montre ce que représente le danger de ne suivre que l’une des seules possibilités de son potentiel de vie. Celui qui s’est figé ne trouvera pas la paix dans ce sextile, car les sentiments de mécontentement sont provoqués par des réactions inconscientes contre l’inflexibilité du comportement conscient. C’est la raison pour laquelle beaucoup de gens, à cet âge-là, deviennent grognons, souvent de mauvaise humeur, rarement contents. Cela s’accentue encore plus lors du deuxième retour de la Lune progressée (à 55 ans) et de Saturne peu de temps après. Ce sont des années critiques.

Le but de cette période, entre 49 et 56 ans, sert à se préparer au deuxième retour de la Lune progressée et de Saturne, entre 56 et 59 ans. On peut se voir confronté à des attitudes et à des valeurs que l’on avait rejetées dans sa jeunesse, simplement parce qu’elles provenaient des parents. On peut choisir consciemment les valeurs héréditaires qui nous concernent, par exemple : voir ses parents objectivement, dans une perspective nouvelle en établissant une relation réelle d’individu. Il faut aussi éviter toute forme de culpabilisation qui entrave la réalisation personnelle, du Soi. Les résultats biologiques, de tout ce qui a été fait pendant la crise de la quarantaine, ressortent à ce moment-là. Certains franchissent le cap, d’autres se cristallisent. Ces derniers pensent être “trop vieux pour changer”. Les problèmes psychologiques et physiques ne doivent pas prendre le dessus. Des gens sont amenés à éduquer d’autres gens, à avoir plus de responsabilités envers les autres. On peut donc rendre à la société ce qu’elle nous a donné, sous la forme de l’expérience personnelle. Tout dépend si elle a entrepris de changer son rapport avec la société, de façon consciente et délibérée.

Cycle recherchant un pouvoir de 56 à 63 ans.

Il marque le deuxième retour de la Lune progressée et de Saturne. La période entre 55 et 60 ans ressemble à la période entre 27 et 30 ans. Elle est tout aussi importante. C’est le grand retour des planètes à leurs positions natales, le retour des nœuds, de Jupiter, de la Lune progressée et de Saturne. Toute une série d’aspects apparaissent dans cette période relativement courte, comme le trigone croissant de Neptune, le trigone décroissant d’Uranus, vers 56 ans. Cette période commence lors du demi-carré de Saturne sur sa position radicale qui tombe, en même temps, que le deuxième retour de la Lune progressée.

Le fait de vieillir apparaît comme menaçant. Le corps montre à l’individu qu’il doit accepter de vieillir. Les peurs et les incertitudes reprennent souvent le dessus, sur les réponses conscientes que l’individu attend et qui auraient déjà dû être trouvées. Beaucoup de gens se rendent compte que la vie non vécue rend plus infirme encore que la vie qu’on a osé vivre, quelle qu’elle soit. Beaucoup de gens auraient voulu que la vie soit autre et différente, etc. Des décisions interviennent, par exemple : mettre fin à des situations existantes, des divorces, prendre la fuite (Neptune), tomber malade comme réaction négative devant un excès de sentiments peu supportables. Il y a beaucoup de faux-pas et le désir de recommencer une nouvelle vie, de rompre avec le passé est assailli par la crainte des vieux jours. Il faut, pendant cette période, concrétiser son comportement intériorisé, accorder moins d’importance aux apparences, s’orienter davantage vers des processus intérieurs, ce que l’on commence généralement vers 35 ans.

Celui qui a vécu sa vie positivement, s’éloigne de ses instincts en progressant vers sa réalité propre et unique. Il arrive à comprendre aussi bien ses instincts que ses mobiles conscients. Il y a toujours le danger d’être déchiré par des impulsions et des sentiments contradictoires, car les deux données, conscient et inconscient, sont en elles-mêmes contradictoires. Le premier trigone croissant de Neptune peut indiquer, à l’individu, comment il peut continuer sa route. Il apprend ainsi qu’il y a d’autres valeurs plus importantes que l’ego. Le plus grand danger qui menace l’ego est son inflation. L’individu positif ne cessera de développer son ego, y accordant moins d’importance, sans qu’il y ait inflation. Il peut expérimenter des valeurs plus que personnelles, que ces valeurs se rattachent à une religion ou non. Vécu négativement, le trigone de Neptune se rapporte à des rêves, des souvenirs de jeunesse, avec une vague notion de gloire et d’illusions passées. Certains préfèrent revenir à leur enfance, à leurs rêves, ou alors prennent la fuite. Si l’ego parvient à marcher, au même rythme que ses progressions intérieures, il apprend à relativiser. Ceux qui arriveront au troisième retour de la Lune progressée et de Saturne ne sont pas aussi vulnérables que lors des deux précédents retours. Cela dépend de ce qu’ils ont mis en œuvre dans le passé. La mort paraît aussi importante que la naissance, c’est pourquoi un équilibre, entre les parties conscientes et inconscientes, s’avère indispensable. Plus, la personne vieillit, plus, elle rentre dans le monde dont elle a eu tant de mal à sortir en étant enfant. Tout ceci peut être un accomplissement final de l’individu. A partir de 63 ans, la sagesse peut être une amie quotidienne.

Cette période, entre 56 et 63 ans, est une seconde naissance potentielle ou une seconde chance de transformer son caractère, la nature de ses relations, etc. C’est maintenant que s’établit le programme des années suivantes, au moins jusqu’à 70 – 72 ans. Il faut simplement apprendre à aller plus loin dans sa propre voie, en récoltant les fruits de ses efforts ou, du moins, à les évaluer de façon objective. Une question se pose : Que reste-t-il de ses efforts ?

Cycle physique ou organique de 63 à 70 ans.

A partir de 63 ans, on revient sur ses pas, on devrait avoir intégré les parties conscientes et inconscientes de la psyché. Ceux qui se sont cristallisé finissent leurs vies séniles. Les autres se rendent compte que la vie valait la peine d’être vécue. Si certains deviennent séniles, c’est que leur ego est fatigué, qu’ils ne veulent plus combattre pour la vie. L’individu se ramollit et les énergies destructrices agissent beaucoup plus vite. Ceux qui ont réussi à rester créatifs et à se battre, peuvent approcher de près les domaines de l’au-delà (zen, techniques spirituelles, etc.). D’autres personnes voient leur œuvre perdurer au-delà de leurs vies, comme Dali, Einstein, Jung, le Christ, Bouddha, Confucius, Staline, de façon plus ou moins permanente. Il est difficile de parler de cette période ; les mots ne suffisant plus.

Cycle après 70 ANS

Il s’agit de s’étendre au fond de soi-même. Seule la sagesse est d’un grand secours. Si on parvient à dépasser la crise de 70 ans, on peut aller encore plus loin. A 84 ans peut survenir une quatrième naissance. Les domaines les plus élevés sont alors recherchés.

Merci de m’avoir lue

Carole

Image

Astrologie Sidérale : Crabe (17/07 au 17/08)


 

Crabe tableau

 

La personnalité du Crabe

Vous êtes très sensible, surtout aux conditions environnantes, au climat mental dans lequel vous vivez, au milieu ambiant, quel qu’il soit, mais surtout au milieu familial, car le CANCER est le signe de la famille, du foyer, de la résidence. Vous êtes influençable par les sentiments, victime de votre émotivité, et par conséquent assez fréquemment irritable et susceptible. Il vous faut vivre dans un milieu sympathique pour vous épanouir. Vous êtes de nature changeante, capricieuse mais persévérante ; cette contradiction n’est qu’apparente.

Tel le Crabe, quand vous tenez quelque chose… ou quelqu’un dans votre pince, vous ne lâchez pas prise. Vous êtes ferme dans vos desseins. Il est intéressant de noter que cette ténacité s’exerce sans bruit, sans heurt et souvent même à l’insu des principaux intéressés. Comme la mer qui avance et recule inlassablement par le jeu des marées, vous revenez à la charge jusqu’à épuisement de l’adversaire.

Nous avons dit que vous êtes sensible. SENTIR est le mot qui exprime le mieux votre caractère. Vous êtes impressionnable. Le moindre détail, la plus petite remarque vous frappent, bien que, par fierté, vous ne vouliez pas l’admettre. On doit donc agir avec vous en douceur. Votre mémoire est excellente. Vous n’aimez pas être le point de mire ; vous pensez, souvent à tort, qu’on vous manque d’égard.

 

La vie professionnelle du Crabe

Vous êtes apte aux travaux de longue haleine, de préférence dans une occupation qui vous met en contact avec le public. Fréquemment, vous travaillerez pour les autres…et vous vous en fatiguerez. Votre vie sera changeante et plutôt mouvementée. Vous connaîtrez alternativement des hauts et des bas, car CANCER est changeant comme la LUNE. Votre destin connaîtra, comme la marée, le flux et le reflux. Vous saurez fort bien profiter du courant montant pour gravir un échelon, mais si la vague descendante vous fait reculer, votre ténacité vous permettra d’attendre la prochaine vague montante et de l’utiliser à bon escient.

Votre destinée sera marquée par de nombreux changements de profession, de vocation. Aussi la première partie de la vie sera-t-elle mobile, agitée, instable, tandis que le succès sera plus marqué dans la seconde. Votre vie pourrait être assombrie par l’agissement d’ennemis tenaces cherchant éventuellement à s’en prendre à votre patrimoine. Mais vous triompherez des jaloux et des ennemis de basse position.

Les finances du Crabe

Votre fortune, vous l’avez deviné, est sujette à fluctuations, tant en bien qu’en mal. Votre désir d’acquisition lui-même, est assez modéré. Vous n’êtes pas matérialiste, mais vous aimez surtout pouvoir dépenser pour le confort de votre maison. Souvent, vous avez déjà certains biens en provenance de votre famille, d’une entreprise familiale, ou d’une occupation exercée au foyer. Des héritages, parfois importants, viennent augmenter le patrimoine. Moins d’espoir d’apports d’argent du côté du mariage. Vous n’accumulez pas : il y a chez vous beaucoup de mouvements d’argent. Vous aimez les spéculations. Vous défendez vivement vos intérêts au point qu’on peut aller jusqu’à vous le reprocher dans votre entourage. Un placement en or serait judicieux. La période août/septembre peut se révéler propice aux transactions.

La vie amoureuse du Crabe

Vous êtes tendre, sensible, romanesque et vous aimez beaucoup l’atmosphère intime du foyer. Votre timidité vous donne des difficultés à exprimer ou extérioriser vos sentiments, mais lorsque vous avez trouvé l’affection recherchée, vous révélez une nature exigeante, enveloppante et tenace ; c’est comme un patrimoine amical qui vous appartient. Vous recherchez le bonheur ? Voici une règle simple et efficace : suivez votre intuition et fuyez votre imagination.

Une résidence de choix sera votre principal objectif ; ce domaine bénéficiera de vos soins le plus attentionnés. Le CANCER est le signe féminin par excellence ; et c’est aussi celui de la maternité. La femme sera donc maternelle dans son amour et très attachée à ses enfants, surtout en bas âge.

Vous pouvez vous enflammer facilement et prêter à votre partenaire des qualités imaginaires, ce qui peut vous amener des déceptions. Les changements de résidence sont nombreux. Le conjoint est souvent d’aspect sérieux et réservé.

Les affinités du Crabe

  • Complémentarité élémentaire avec le signe de Terre opposé (180°) Capricornus (15/01 au 13/02). Cette combinaison est encore meilleure si la femme est native du CANCER,
  • Bonne entente avec les signes en sextiles (60°) soit les deux signes de Terre Taurus (16/05 au 15/06) et Virgo (18/09 au 17/10).
  • Bons accords avec les signes en trigone (120°) soit les deux signes d’Eau: Scorpio (17/11 au 16/12) et Acquarius (15/03 au 14/04).

Notions astrologiques

  • Il est de tradition que les quatre premières années de vie sont les plus délicates pour les natifs de votre constellation. Le plus souvent il s’agit des problèmes de l’alimentation, lactée entre autres. Mais cela n’exclut pas quelque événement important dans votre famille dès votre plus jeune âge.
  • Votre vrai signe solaire natal CANCER étant du domaine de la LUNE, vous êtes très sensible aux cycles lunaires. Et cette remarque est parfaitement valable pour les hommes. 
  • Sachez que vous augmentez les chances de réussite de vos entreprises en agissant du septième jour (c’est-à-dire à la veille du premier quartier) au 17e (soit peu après la Pleine Lune).
  • Par son séjour dans votre signe une fois tous les 12 ans, JUPITER, le Grand Bénéfique, qui de surcroît augmente de puissance en CANCER, vous offrira d’intéressantes opportunités qu’il faudra saisir fermement dans votre pince. Il apporte chance, expansion et un concours de circonstances favorables.
  • Particulièrement sensible aux cycles de 19 ans, les âges de 19, 38 et 57 ans marqueront des étapes importantes de la vie, surtout si la naissance avait lieu très proche de la Nouvelle Lune, de la Pleine Lune, ou d’un des deux autres quartiers.

 Carole 

Extrait de  » Votre signe Astrologique n’est pas celui que vous croyez  » de Jacques Dorsan, Editions Garancières.

Image

Mythologie des Nœuds Lunaires


Il faut aller en Inde pour découvrir la légende liée aux Nœuds lunaires.

Vishnu servit un breuvage magique sacré garantissant l’immortalité aux dieux et aux autres planètes, Après que les divinités et les astres en eurent bu, le Soleil et la Lune découvrirent qu’un dragon démon s’était caché dans la pièce et avait bu lui aussi la potion. Le dragon voulu dévorer les deux luminaires, mais Vishnu s’interposa et coupa le le démon en deux.

Ayant bu de la boisson magique, il devint également immortel. Il ne mourut pas, mais généra deux créatures. La tête du dragon resta au Nord et sa queue fut maintenue au Sud. Lors d’éclipses, on peut voir sa tête ou sa queue tenter de détruire le Soleil ou la Lune. C’est pourquoi des catastrophes peuvent toujours survenir avec ces corps. Le dragon est un animal, un démon et non un dieu. C’est pourquoi il y a toujours quelque chose d’inconscient, d’instinctif et d’animal dans l’effet des Nœuds.

L’autre mythe lié aux Nœuds lunaires nous vient d’Alexandre le Grand et le nœud gordien. Celui qui arriverait à défaire le nœud géant aux portes de la ville se verrait remettre les clés de la cité. Alexandre prit son épée et trancha dans le vif. Une fois le nœud coupé et défait, il reçut les clés attendues. Mais alors qu’il était ailleurs en conquête, le nœud se reconstitua par lui-même et il perdit ainsi la cité. Simplement parce qu’il n’avait pas pris le soin de ranger la corde. Tant qu’une faiblesse subsiste, elle peut renverser toute forme de pouvoir, si l’on n’y prend garde.

Carole

Image

Astrologie : le cycle organique


A partir du spermatozoïde et de l’ovule, le fœtus est parvenu à terme. La naissance, moment qui détermine la première respiration, l’horoscope de naissance, est le premier grand choc de l’existence. Il n’y a ni conscience, ni sentiment du moi.

La petite enfance est déterminée par une série d’images et de formes qui prennent leurs formes dans l’inconscient collectif. L’enfant vit au jour le jour, n’éprouvant pas la réalité quotidienne. Seul un petit nombre de choses, dont il a une très faible conscience, retient son attention. Il vit instinctivement et n’a pas de mémoire cohérente pendant ces premières années de la vie. Il y a juste quelques îlots qui surgissent de l’inconscient collectif. L’ego se forme pourtant à partir de ces îlots.

Dans la Genèse, il est dit que Dieu sépara la terre des eaux. Il découvre le monde et perçoit ses premières sensations. Ses gros yeux étonnés sont la preuve que son “enregistreur biologique” est en marche. Il enregistre ce qu’il relâchera plus tard dans la vie, sous une forme ou une autre. Son corps se forme d’après l’hérédité et les règles génétiques. Cela contribue à former soit une croissance harmonieuse, soit des frustrations.

Lorsque Saturne et la Lune progressée forment leur premier demi-sextile à leurs positions natales, ce qui se passe entre 2 et 3 ans, l’enfant commence à parler, d’abord de lui-même à la troisième personne, comme s’il s’agissait d’une donnée séparée et objective. Il apprend alors son nom. Après cela, sa conscience augmente rapidement, surtout en contenus. Le contact avec les autres joue un rôle de plus en plus important. C’est sa première socialisation. Ceci est symbolisé par le premier carré croissant de Jupiter à sa position radicale.

Entre 3 et 4 ans, il se tourne de plus en plus vers l’extérieur et s’identifie à son nom. L’ego commence à se détacher de façon plus claire de l’inconscient collectif. Il a le sentiment d’être quelqu’un et de se distinguer d’un autre quelqu’un. C’est le moment du premier demi-carré croissant de Saturne et de la Lune progressée à leurs positions radicales. Après le moment où il dit “JE”, le développement s’opère plus souplement. L’aspect de demi-carré passe au sextile, puis au quintile, en ce qui concerne Saturne et la Lune progressée.

L’enfant apprend chaque jour de nouvelles choses par l’expérience et les contacts. Il commence à utiliser sa mémoire. Il n’a que peu ou pas de problèmes, car il a peu d’intérêt pour ce qui se passe en dehors de lui.  C’est le moment des contes de fées, autre forme de participation mystique. C’est aussi le moment où il pose des questions essentielles : “Pourquoi le monsieur… ?” “Pourquoi les choses… ?”, “C’est quoi la mort ?”, etc.

A cet âge, il attend des réponses justes et préfère qu’on lui dise : “Je suis désolé, cela me gène de te répondre”, plutôt qu’on lui raconte des histoires de choux, de roses et de cigognes. Il pose des questions essentielles, sur la vie et sur la mort, sur l’infini. Selon les réponses reçues, il transgressera plus ou moins la crise des 15 ans.

Pendant les sept premières années, il apprend le maximum de choses qui lui permettront de vivre en être indépendant, comme le bien, le mal, voler, tricher, surmonter, coopérer, etc. L’adulte ne peut que, très mal ou pas du tout, surmonter et transformer ce qui a été élaboré avant l’âge de 7 ans. Les problèmes d’amour de cet âge-là inhiberont sa façon d’aimer ; selon le langage avec lequel on s’adresse à lui, il s’exprimera différemment, selon que ses parents le poussent ou le frustrent, il attirera à lui des personnes dominatrices, etc.

Les aptitudes physiques sont déjà préformées et le conditionnent sur un point de vue biologique. Les conjonctions et les aspects exacts, par progressions, sont indispensables pour trouver les clés du conditionnement de base du sujet, envers son attitude générale à la vie.

Carole

Image

l’Astrologie des Fleurs


Aujourd’hui, j’ai envie de vous faire découvrir une astrologie printanière. Chaque signe correspond à une fleur. Découvrez quelle fleur vous correspond…

La PRIMEVÈRE SAUVAGE pour le BÉLIER

pirmevere sauvage bélier

La primevère sauvage est une fausse dure qui s’efforce de cacher sa sensibilité sous des airs brusques voire brutaux. Très soupe au lait, elle intimide son entourage avec ses colères mémorables. Très ambitieuse, elle a l’échec en horreur : rater une recette de cuisine, une compétition ou une vente provoque chez elle une explosion de rage démesurée. Pour réussir, elle doit canaliser cette violence mais également être plus attentive aux autres. Dans ces conditions, la Primevère pourra devenir chef d’entreprise ou directeur. Pour rester au sommet, il lui faudra apprendre à tolérer d’autres visions que les siennes et à tempérer son impétuosité. Elle devra aussi ses pulsions de dépenses frénétiques. Pour vivre en bonne forme, la Primevère doit rigoureusement surveiller son hygiène de vie, même si sa santé de fer lui permet de résister aux petits ennuis de santé, une vie trop sédentaire, une alimentation trop riche et des abus de tabac peuvent causer chez elle des maladies graves. Fleur précoce, elle ne supporte pas la chaleur et devrait éviter les pays humides ou secs du Sud. Pour se ressourcer, elle ferait bien de partir régulièrement en vacances à la montagne ou sur la Côte Atlantique, au climat vivifiant. Paradoxalement, l’océan et les embruns l’aideront à trouver la sérénité.

L’IRIS pour le TAUREAU

iris taureau

Sensuel, jouisseur, l’Iris, recherche avant tout le plaisir dans tous les domaines. Très sociable, il aime partager ses bonheurs et ses joies. L’Iris pourrait voir plus loin, mais son obstacle principal est son manque de passion. Cette fleur existe dans toutes les couleurs, sauf en rouge. Si l’Iris canalise sa recherche perpétuelle du plaisir vers le monde du travail, il peut connaître une grande réussite car  ses talents sont multiples. Il peut réussir dans beaucoup de secteurs, à condition d’apprendre à se donner à 100%. Cette attitude face au travail sera nouvelle pour lui et lui permettra de découvrir le bonheur intense que l’on peut éprouver en se concentrant totalement sur une tâche précise. L’Iris devrait surveiller son côté dépensier. Sans penser à devenir riche, sa situation financière pourrait être confortable s’il réfléchissait avant de craquer pour tout ce qui est luxueux. L’Iris est souvent sujette aux allergies et son système respiratoire peut être fragile. L’idéal serait de ne pas fumer et vivre dans un environnement sain. Comme il a un penchant pour la bonne chère, il doit également surveiller son poids.

 

Le MYOSOTIS pour le GÉMEAUX

Myosotis gemeaux

Aérien, léger, touche-à-tout, le Myosotis aime se disperser et il a du mal à se discipliner. Les difficultés l’ennuient, le découragent, et préfère se tourner dans une autre direction plutôt que d’affronter. Il faudrait qu’il évite de faire du shopping, car il risque de dilapider son argent. Pour réussir sa vie professionnelle comme personnelle, le Myosotis doit apprendre à s’accrocher, à ne pas abandonner face aux premières difficultés. Pour être pris au sérieux, il doit corriger cette image de personne charmante, mais si peu fiable qu’on n’a pas envie de lui confier la moindre responsabilité. En maitrisant son manque d’assiduité, le Myosotis peut réussir dans tout, mais surtout dans le secteur de la communication. Même si le Myosotis n’est pas un chef cela ne freinera pas pour autant son sens de la critique face aux autres, qui apprécieront peu ses jugements, d’autant plus injustes qu’il refuse de prendre en charge la moindre tâche ingrate. La santé du Myosotis est plus solide qu’il n’y paraît, mais il a intérêt à surveiller son alimentation, car son système digestif réagit avec beaucoup de sensibilité à la moindre contrariété. Il se reposera mieux à la campagne, qui calme son esprit vagabond.

La ROSE ANCIENNE pour le CANCER

rose ancienne cancer

Appelée aussi Rose de l’Apothicaire, elle a des pétales délicats et odorants, mais des épines denses qui rendent son approche difficile. Très timide, attachée à son confort, la Rose ancienne risque de fleurir peu et de développer surtout des tiges épineuses si elle n’arrive pas à surmonter sa tendance à la paresse et son manque d’intérêt pour la communication. La Rose ancienne est sujette aux parasites : on profite souvent d’elle, en lui soustrayant de l’argent ou simplement en abusant de sa patience. Et pourtant, loin d’être naïve, elle est au contraire plutôt très méfiante et peut se révéler de mauvaise foi. En réalité, elle est prête à tout pour éviter les conflits. Elle a souvent la réputation d’être trop gentille, trop douce pour survivre dans un monde difficile mais c’est oublier ses redoutables épines. La Rose ancienne peut exceller dans tous les métiers, à condition de vaincre sa timidité et sa tendance à rester seule. Ce serait d’autant plus regrettable que sa sensibilité extraordinaire fait d’elle une excellente observatrice. Extrêmement robuste, elle a besoin de peu de repos. Plus astucieuse dans la gestion de son argent qu’elle n’en a l’air, la Rose ancienne parvient le plus souvent à finir sa vie bien à l’abri du besoin.

 

Le TOURNESOL pour le LION

tournesol lion

Quelque peu…hautain, le Tournesol aime dominer son entourage. Il aime être remarqué et admiré. Cette dépendance de l’image qu’il donne, le pousse à accomplir des exploits, mais constitue en même temps sa plus grande faiblesse. Tout comme le Tournesol, il ne peut pas survivre sans les rayons du soleil, ce Tournesol a besoin du regard des autres pour briller. Son panache cache en réalité un grand manque de confiance en lui, ce qui explique son côté superficiel et sa tendance permanente à rechercher l’approbation d’autrui. Pourtant, s’il parvient à approfondir sa vision du monde et ne pas se fier aux apparences, il obtiendra tout ce qu’il voudra, car il possède une volonté et une énergie hors pair. Il peut devenir célèbre, à condition de mettre son talent au service des autres et d’accepter une bonne fois pour toutes que le soleil brille pour tout le monde. Le Tournesol développe souvent des problèmes de peau qui sont étroitement liés à son souci des apparences. Passer des vacances près de l’eau l’aide à recharger ses batteries et à équilibrer sa tendance à flamber. Tout au long de sa vie, le Tournesol risque de rencontrer des problèmes d’argent parce qu’il aime surtout ce qui est cher et prestigieux…

 

La VIOLETTE pour la VIERGE

Travailleuse et discrète, la Violette représente l’image de la modestie. Pourtant, cette fleur est une véritable plante médicinale qui soigne les poumons et la peau. Son parfum délicat séduit tout le monde. Consciente de ses qualités, elle juge souvent les autres avec beaucoup de sévérité. Une fois sortie de sa réserve naturelle, elle pratique un humour cinglant et ironique. Respectée pour ses connaissances et son sérieux, la Violette progresse dans sa carrière où elle se montre exigeante et juste. Peu dépensière, elle finira sa vie professionnelle avec un beau pactole sur son compte en banque. Pour profiter de sa réussite et s’épanouir, la Violette devrait se libérer de son perfectionnisme. Toujours insatisfaite, elle se révèle être un rabat-joie. Côté santé, sa tension est à surveiller car souvent trop basse. Se reposer à la mer la vivifiera, l’inspirera et elle regardera le monde avec plus d’empathie.

 

Le CHRYSANTHÈME pour la BALANCE

Élégant et robuste, le Chrysanthème aime admirer le reflet de sa beauté dans les regards des autres. La beauté est sa véritable et unique passion : à l’image de cette fleur qui illumine les jardins d’automne, le Chrysanthème aime ce qui brille… Consciente de son charme et de sa valeur, cette fleur doit approfondir sa vision du monde et ne pas se limiter aux apparences. Son besoin de plaire est tellement qu’elle risque de se perdre. Son désir constant de séduire pourrait considérablement freiner son ascension. En réussissant à surmonter sa dépendance au jugement des autres, elle peut vivre une carrière honorable. Financièrement, le Chrysanthème sera préservé car, même si le luxe l’attire, il se montre pragmatique voire économe. Sa santé est résistante, le Chrysanthème se ressource partout où le paysage est beau.

 

La DIGITALE pour le SCORPION

A la fois redoutée par sa toxicité, et vénérée pour sa faculté de sauver la vie des malades du cœur, la Digitale fascine. Très fière, la digitale veut dominer les autres mais elle devrait apprendre à freiner son envie d’imposer sa loi aux autres. En raison de la crainte qu’elle inspire, elle souffre de manque d’affection qu’elle se garde de montrer. Dans les moments extrêmes, elle est capable d’explosions dramatiques. La Digitale doit parvenir à contrôler ses émotions. En mettant de l’eau dans son vin, la Digitale réussira dans toutes les professions. En utilisant des astuces, elle casse la routine qu’elle déteste et qui assombrit les tâches quotidiennes. Parée d’une intelligence aiguë et d’une bonne dose de persévérance, la digitale réussit là où les autres hésitent. Financièrement, elle sait parfaitement gérer son argent et le faire fructifier. Extrêmement résistante, la Digitale bénéficie d’une longévité extraordinaire. Cette solidité peut cependant à l’amener à trop d’excès, à oublier qu’elle a besoin de repos. En s’accordant régulièrement des vacances, elle relativise les choses et gagne en sérénité.

 

Le NÉNUPHAR pour le SAGITTAIRE

Éternel voyageur, le Nénuphar rêve de nouveaux horizons lointains. A l’image de cette fleur flottante sur l’eau dont les racines le retiennent sur place, il reste malgré tout attaché aux obligations familiales. Pourvu de nombreux talents, le Nénuphar est curieux, entreprenant et dynamique. Il a malgré tout du mal à réussir, par manque de persévérance. En surmontant la tendance à tomber dans la facilité et en renonçant à se trouver des excuses, il pourra accomplir une belle carrière atypique. Suffisamment intelligent pour avoir conscience de ses faiblesses, il les camoufle en s’imposant et en donnant des leçons aux autres. Heureusement, il est très doué  pour rectifier le tir, en admettant que lui seul est responsable de sa vie. Séducteur né, il sait envoûter les hommes et les femmes. Il saura faire fructifier son salaire tout en dénichant des vêtements et des objets de décoration d’occasion.

 

L’HELLÉBORE pour le CAPRICORNE

Sous des airs réaliste et pragmatique, l’Hellébore est un rêveur dans l’âme. Son manque de tact l’amène à blesser ses amis, sans s’en rendre compte. Pour atteindre ses objectifs, l’Hellébore devra accepter ses émotions et ne plus les cacher. Il faudra qu’il comprenne qu’elles ne sont pas un signe de faiblesse, bien au contraire. Car être fort c’est assumer ses sentiments et avouer ses erreurs. Avec de l’empathie, l’Hellébore sera un organisateur, un gestionnaire et un chef hors pair. Son sens pratique, son réalisme et son intelligence feront des merveilles dans tous les domaines. C’est le seul domaine ou l’Hellébore n’a pas besoin de se cacher derrière une ironie mordante. De santé robuste, il a intérêt à surveiller son cœur. Très dynamique, l’Hellébore ne doit pas oublier de prendre des vacances, et le mieux serait avec ses enfants.

 

Le PERCE-NEIGE pour le VERSEAU

Indépendant et porté par ses idées, le Perce-Neige garde les pieds bien sur terre. Enthousiaste, plein d’entrain, il a le talent d’attirer les autres vers lui, à une condition près, il doit surmonter son sens critique sur développé, sa tendance à mépriser celui qui est plus faible que lui. Toutes les fleurs ne peuvent pas pousser sous la neige. Une vision plus tolérante aidera le Perce-Neige à surmonter son problème essentiel, broyer du noir. Ce pessimisme lui vient des premiers mois de sa vie, où les jours étaient courts et souvent gris et maussade. Vif, curieux, et persévérant, le Perce-Neige pourra réussir dans la création, mais également partout où il faut conseiller, renseigner, inventer, réorganiser. Pour se protéger, des exercices de relaxation réguliers lui feraient du bien, tout comme des vacances au soleil.

 

L’ANÉMONE SAUVAGE pour le POISSON

L’Anémone, grande rêveuse, à l’apparence fragile, possède un côté très cartésien qui lui permet de mener sa barque toujours à bon port. Fantaisiste, enthousiaste, individualiste, l’Anémone doit maîtriser sa tendance à vouloir partir toute seule vers son idéal. En développant son sens pragmatique, elle pourra aller très loin car elle dispose d’un talent créatif et d’un esprit critique, qui lui permettent de réussir en tant qu’artiste ou en tant qu’organisatrice. Il faudra, en revanche qu’elle évite les querelles en voulant toucher à tout, sans jamais le terminer. En effet,  l’Anémone manque un peu de persévérance. Elle qui aime donner l’image d’un être très éloigné des préoccupations matérielles, sait parfaitement bien compter et faire des économies. Même s’il lui plaît de se donner l’apparence d’une pauvre malheureuse sans le sous, son compte en banque est bien rempli. Son système immunitaire est assez bien développé, mais elle a tendance à prendre du poids, elle devra donc surveiller son alimentation. L’Anémone a besoin de vacances régulières, qu’elle devrait passer le plus possible au soleil pour retrouver son optimisme légendaire.