Image

la Déesse Hathor


Dans la mythologie égyptienne, Hathor « Demeure du dieu Horus », était la déesse de l’amour, de la beauté, de la musique, de la maternité et de la joie. Elle était représentée sous les traits d’une vache, ou d’une femme portant le disque solaire entre ses cornes et un menât (collier à contrepoids).

Dans l’Égypte antique, elle fut une déesse très populaire et vénérée aussi bien par les Rois que par le peuple. Elle fut la nourrice du pharaon mais aussi la « maîtresse de l’Ouest » qui accueillait le défunt dans sa nouvelle vie. En dehors des frontières d’Égypte, on la nomma « dame de Nubie », « reine de Libye », « épouse de Syrie », « grande de Palestine », « dame de Byblos », mais aussi reine du pays de Pount.

Le lien entre Hathor et Rê est complexe car Hathor, « œil de Rê », fut considérée comme sa fille, mais aussi sa femme ou sa mère. Elle hérita de ce rôle maternel d’une autre déesse vache « Mht wrt », « Grande crue », qui portait Rê entre ses cornes dans un mythe de la création. En tant que mère, elle donne naissance à Rê tous les matins sur la rive orientale et en tant que femme elle s’unit à lui chaque jour.

Hathor, comme la déesse Nout, fut associée à la Voie lactée. Les quatre pattes de la vache céleste sont vues comme les piliers portant le ciel, les étoiles sur son ventre représentaient la Voie lactée sur laquelle navigue la barque solaire de Rê, représentant le soleil.

En ce temps-là, la Voie lactée était perçue comme une chute d’eau dans les cieux, comme « Le Nil dans le ciel ». C’est pourquoi, Hathor fut considérée comme étant à l’origine de la crue annuelle du Nil, annonçant une naissance imminente, en parallèle avec la poche amniotique qui se perce et se vide de ses eaux.

Hathor fut aussi associée au royaume des morts. Le culte d’Osiris promettait la vie éternelle aux justes. Aux origines de ce culte, tout mort digne de cette vie éternelle, homme ou femme, devenait un Osiris. Mais au début des temps romains, les femmes s’identifiaient à Hathor, tandis que les hommes restaient identifiés à Osiris. Hathor fut appelée « Déesse de la nécropole thébaine », ou « Déesse du sycomore » (arbre représentant le monde des défunts).

Pour la plupart des peuples, Hathor resta essentiellement la déesse de la joie, vénérée par les femmes, qui cherchaient à incarner son rôle multiple d’épouse, de mère et d’amante. A ce titre, elle était la « dame de la maison de Jubilation » ou « celle qui emplit le sanctuaire de Joie ».

Le culte d’Hathor fut si populaire qu’un grand nombre de fêtes lui furent dédiées, de nombreux enfants portèrent son nom. Et avec son culte, hommes comme les femmes peuvent devenir prêtres ou prêtresses.

Les Grecs anciens identifièrent r à la déesse Aphrodite, et les Romains à Vénus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s