Image

Le symbolisme de la vache


La vache fut et est encore vénérée dans de nombreuses civilisations et religions dans le monde, telles que l’hindouisme, le zoroastrisme, à l’époque de l’Égypte ancienne, sous l’antiquité gréco romaine.

 Sacrée en Inde, on la considère comme une « Mère universelle », celle qui donne son lait à tous, même à ceux qui ne sont pas ses veaux ; elle est décrite comme étant l’origine et le fruit de tout sacrifice aux dieux et représente la sacralité de toutes les créatures.

Dans le Rig Véda, les vaches symbolisent la richesse mais aussi les déesses des rivières car une rivière elle aussi donne son eau à tous. Identifiant ainsi la vache comme la « Mère » de toute civilisation, son lait nourrit toutes créatures. Cette qualité nourricière lui vaut le statut de divinité. La vache est l’incarnation sur terre de l’Absolu (Brahman). D’ailleurs, Krishna, souvent représenté en vacher est surnommé « l’enfant qui protège les vaches » ou « celui qui apporte satisfaction aux vaches ».

Le lait d’une vache est estimé promouvoir les qualités de pureté. Le beurre clarifié fait à partir du lait est utilisé dans les cérémonies et dans la préparation des aliments religieux. La bouse de vache contenant du menthol, du phénol, de l’indole, de l’ammoniac, du formol et des bactériophages est utilisée comme engrais, combustible et désinfectant dans les maisons. Son urine est utilisée pour des rituels religieux, ainsi qu’à des fins médicinales. Le matériel de purification suprême, panchagavya, est un mélange de cinq produits issus de la vache : le lait, le lait caillé, le beurre clarifié, l’urine et la bouse. Le refus de se nourrir de la viande de vache, vue comme l’animal généreux par excellence, est ainsi considéré comme le premier pas vers le végétarisme total.

Dans le zoroastrisme, l’esprit de la vache est le symbole de l’âme de la Terre. Le dieu Ahura Mazda demanda à Zarathoustra de protéger les bovins. Zarathoustra s’opposa donc au culte sacrificiel de Mithra. Il était aussi reconnu que l’urine de vache possédait des pouvoirs de purification et médicinale. En cela, le zoroastrisme se rapproche de l’hindouisme et du bouddhisme.

Dans l’ancienne Égypte, la déesse du Ciel, Hathor, était adorée sous la forme d’une vache ou d’une femme à tête de vache. La vache représentait la voûte céleste et son ventre portait les étoiles. La légende raconte qu’Hathor abritait et enfantait quotidiennement Rê ; elle le nourrissait avec son lait divin, garant d’une éternelle jeunesse et de souveraineté perpétuelle. Il était interdit de consommer un animal non sacrifié par un dieu et comme les vaches n’étaient pas sacrifiées, les Égyptiens ne mangeaient pas de viande bovine.

Dans la culture animiste, on ne sacrifie pas les vaches pour les manger, et son lait est traité avec grand respect. Sacré, on évite de le renverser et on garde en mémoire que le monde est né d’une goutte de ce précieux liquide.

Source : Carole Voyante Cartomancienne Astrologue

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s