La Table d’émeraude (chapitre 2)


La Table d’émeraude (Tabula Smaragdina en latin) est un des textes les plus célèbres de la littérature alchimique et hermétique. C’est un texte très court, composé d’une douzaine de formules allégoriques et obscures, dont la fameuse correspondance entre le macrocosme et le microcosme : « Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ».

Selon la légende, elle présente l’enseignement d’Hermès Trismégiste, fondateur mythique de l’alchimie, et aurait été retrouvée dans son tombeau, gravée sur une tablette d’émeraude.

En Egypte au 3e siècle av JC, apparaît un ensemble hétéroclite de textes (les Hermetica) traitant d’alchimie, mais aussi de magie, d’astrologie et de médecine.

En 640, l’Égypte, devenue entre-temps chrétienne et byzantine, est conquise par les Arabes qui vont perpétuer la tradition hermétique et alchimique dans laquelle s’inscrit la Table d’émeraude.

L’introduction du Livre du secret de la Création est un récit qui explique que toutes ces trinités ne sont qu’une seule et même entité : Le passé, le présent et le futur ne sont qu’un seul et même temps ; L’âme, l’esprit et le corps ne font qu’un seul homme ; la hauteur, la largeur et la longueur d’un corps ne font qu’un corps,… Car dans l’unité fait partie du tout et le tout est dans l’unité……Mais toutes ces choses sont néanmoins très distinctes entre elles…

 Une unité s’ajoute à trois pour produire le quatre, qui devient, le fondement de tous les nombres, la fontaine de nature, comme renfermant le nombre parfait dont tout a été créé.

Toutes choses se composent de quatre principes élémentaires, le chaud, le froid, l’humide et le sec (les quatre qualités d’Aristote), dont les combinaisons expliquent les « rapports de sympathie et d’antipathie entre les êtres ».

C’est pourquoi l’on partage l’Univers en quatre éléments, le feu, l’air, l’eau et la terre, aux trois premiers desquels répondent deux planètes : le Soleil et Mars au feu, Jupiter et Vénus à l’air, Saturne et Mercure à l’eau; et la Terre a en partage le Soleil, la Lune et les Etoiles fixes.

On compte aussi quatre points cardinaux dans le monde : l’Orient, l’Occident, le Midi et le Septentrion.

  • Quatre vents : Eurus, Zéphyrus, Aquilo et Auster.
  • Quatre qualités des éléments : la lumière du feu, le diaphane de l’air, la mobilité de l’eau, et la solidité de la terre.
  • Quatre principes de l’homme correspondants aux quatre éléments : l’âme au feu, l’esprit à l’air, l’âme animale à l’eau, et le corps à la terre.
  • Quatre humeurs principales dans le corps du petit monde : la bile, le sang, la pituite et la mélancolie.
  • Quatre facultés de son âme : l’intellect, la raison, l’imagination et le sentiment.
  • Quatre degrés progressifs : être, vivre, apprendre et comprendre.
  • Quatre mouvements dans la Nature : l’ascendant, ou du centre à la circonférence; le descendant, ou de la circonférence au centre; le progressif ou horizontal, et le circulaire.
  • Quatre termes de la Nature : la substance, la qualité, la quantité et le mouvement.
  • Quatre termes mathématiques : le point, la ligne, la superficie, et la profondeur ou la masse.
  • Quatre termes physiques : la vertu séminative ou semence des corps; leur génération; leur accroissement et leur perfection.
  • Quatre termes métaphysiques : l’être ou l’existence; l’essence; la vertu ou le pouvoir d’agir, et l’action.
  • Quatre vertus morales : la prudence, la justice, la tempérance et la force.
  • Quatre complexions ou tempéraments : la vivacité, la gaieté, la nonchalance et la lenteur.
  • Quatre saisons : l’hiver, le printemps, l’été et l’automne.
  • Quatre Évangélistes : S. Marc, S. Jean, S. Matthieu et S. Luc.
  • Quatre animaux sacrés : le lion, l’aigle, l’homme et le bœuf.
  • Quatre sortes de mixtes : les animaux, les plantes, les métaux et les pierres.
  • Quatre sortes d’animaux : ceux qui marchent; ceux qui volent; ceux qui nagent, et ceux qui rampent.
  • Quatre qualités physiques des corps : chaud, humide, froid et sec.
  • Correspondances des métaux aux éléments : l’or et le fer au feu; le cuivre et l’étain à l’air; l’argent vif à l’eau; le plomb et l’argent à la terre.
  • Quatre sortes de pierres qui leur répondent : les pierres précieuses et éclatantes, comme le diamant, le rubis, etc.; les pierres légères et transparentes, comme le talc; les pierres dures et claires, comme le caillou; les pierres opaques et pesantes, comme le marbre, etc.

 

Des douze signes, trois répondent à chaque élément : le Bélier, le Lion et le Sagittaire au feu; les Gémeaux, la Balance et le Verseau à l’air; le Cancer, le Scorpion et les Poissons à l’eau; le Taureau, la Vierge et le Capricorne à la terre.

 

Le cœur de l’ouvrage est pour l’essentiel un traité alchimique où on trouve notamment pour la première fois l’idée que tous les métaux sont constitués à partir du soufre et du mercure, théorie fondamentale de l’alchimie au Moyen Âge.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s