l’Epiphanie


Longtemps fixée au 6 janvier par une décision du pape Zosime au Ve siècle, l’épiphanie est maintenant souvent célébrée le premier dimanche de janvier. Le 6 janvier est cependant resté la fête de l’Épiphanie et la fête des Rois Mages. L’on mange la fameuse galette contenant la Fève qui désignera le Roi.

Mais, la date du 6 janvier est, depuis le IIIe siècle, jour de commémoration de la Nativité pour les églises d’Orient. Fête de la Befana dans certaines régions d’Italie, clôture de cette étrange période débutant le 6 décembre avec la Saint Nicolas

« La Befana viene di notte con le scarpe tutte rotte… »

« Autrefois, la Befana s’amenait à cheval sur son balai et le vent, le vent du nord hurlait. Elle avait au dos un gros sac. Un sac plein à demi de charbon, l’autre moitié, c’était des dons destinés aux enfants sages. »

La Befana signifie à la fois la fête de l’Epiphanie et sa personnification. D’après une très ancienne tradition paysanne, cette antique ganache crochue-dentue aurait été une sorcière encapuchonnée de noir avec des godillots percés; un grand sac ou une hotte sur le dos, volant de toit en toit à califourchon sur son balai pour porter des cadeaux la nuit du 5 au 6 janvier.

Devenue bienveillante avec l’âge, l’ogresse d’hiver d’hier dépose en passant par la cheminée; des jouets en récompense, du charbon en punition, dans les bas, les souliers et chaussons des petits.

On raconte que la Befana aurait jadis vécu la même épreuve que Babouchka.

Alors qu’elle ramassait du bois dans la forêt, les Rois Mages seraient venus lui demander de les conduire à Bethléem adorer l’enfant Jésus. Mais, de peur qu’on ne la vole, elle aurait préféré d’abord terminer son travail et remiser ses fagots avant de les suivre. A son retour, il n’y avait plus personne, ni de traces laissées par les chameaux.

Rongée par les remords, la Befana accomplirait chaque année cette corvée d’Epiphanie afin d’expier sa faute.

La Befana est une vieille femme, aussi laide que généreuse, voyageant dans les airs, à califourchon sur un balai. Dans son sac, elle transporte plein de jouets qu’elle dépose dans les chaussettes que les enfants auront accrochés à la cheminée par laquelle descendra la fée… Cette dernière passe la nuit de l’Epiphanie, le six janvier, un mois après Saint-Nicolas …

« La Befana viene di notte con le scarpe tutte rotte col vestito da romana,

viva viva la Befana ! »

http://www.myrdhin.com/fetes/janvier/befana/

Publicités

Une réflexion sur “l’Epiphanie

  1. En Allemagne, il y a un compagnon moins connu de Saint Nicolas. Saint Nicolas fera des petits cadeaux aux enfants – s’ils sont sage comme une image. Si non, le « Knecht Ruprecht », son serviteur, tout noir et sinistre, lit aux enfants leurs petits péchés. Ruprecht a avec soi un grand sac pour emmener les enfants sans remords ou repentir, et une baguette pour les intimider. C’est pourquoi certains parents disent à leurs enfants à partir de novembre: sois sage, Saint Nicolas et Knecht Ruprecht voient tout. Un peu comme Befana.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s