Baba Yaga (mythologie slave)


Baba Yaga ou « la femme Serpent », est la figure féminine surnaturelle la plus fréquente du conte russe. Bien que toujours vieille, mal coiffée, avec une jambe constituée uniquement d’un os sans chair. Elle revêt des aspects différents. A la fois, ogresse et dévoreuse d’enfants, elle est aussi une généreuse bienfaitrice pour le chevalier qui lui aura prouvé valeur en se soumettant à plusieurs épreuves. En récompense, celui-ci reçoit un objet magique lui permettant de mener à bien sa quête.

Baba yaga se déplace en volant assise dans un mortier magique monté d’un pilon pour gouvernail et d’un balai taillé dans du bouleau argenté pour effacer ses traces. A chaque apparition, un vent sauvage se lève, les arbres gémissent et les feuilles tourbillonnent dans les airs.

Elle vit dans une petite cabane en bois juchée sur des pattes de poules nommée Isba en bordure d’une forêt sombre et impénétrable. La maisonnette n’apparait qu’après avoir récité une formule magique. La barrière est constitué d’os humains surmontés de cranes dont les orbites brillent dans la nuit. Le portail est fait lui aussi d’os humains et la serrure ressemble à une bouche garnie de dents pointues et acérées. La baba Yaga, elle-même morte (d’où sa jambe d’os) est la gardienne du royaume des morts. La petite isba est un passage obligé à la frontière des deux mondes, tournée d’un côté vers le monde des vivants, de l’autre vers le monde des morts.

Baba Yaga a 3 fidèles serviteurs : le cavalier blanc (le jour), le cavalier rouge (le soleil) et le cavalier noir (la nuit). Ainsi, la baba Yaga commande aux phénomènes célestes, au jour et à la nuit. Elle a aussi tout pouvoir sur les animaux terrestres, volatiles et aquatiques. Ils sillonnent le monde pour elle.

Elle est une grande Déesse aux fonctions multiples. Elle est à la fois la femme, la mère, la vieille. L’incarnation du Mal se transformant à l’improviste en une bonne fée prête à aider avec ses pouvoirs magiques. Elle souligne la conviction naïve qui par la confiance on peut désarmer la méchanceté. Elle remet ainsi en cause le supposé paradoxe des contes (les bons d’un côté, les méchants de l’autre).

baba-yaga

http://www.isoptech.com/apps/blog/show/43643858-baba-yaga-mythologie-slave-

https://fr.wikipedia.org/wiki/Baba_Yaga_(mythologie)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s